News & Reviews

voici tout ce que l’on sait sur la voiture la plus attendue en 2024

11


C’est incontestablement LA star de la nouvelle année. Après trois ans d’attente, Renault lancera en 2024 sa nouvelle R5 100 % électrique. A quelques semaines de sa présentation, on fait le point sur tout ce que l’on sait déjà.

Quel nom ?

La précision est importante, car le nom a fait l’objet de quelques rumeurs, certaines évoquant une évocation plus anglo-saxonne du chiffre 5, avec “Five” en toutes lettres, ce qui aurait permis de mettre en évidence le “e” pour électrique. Mais la dénomination officielle est “Renault 5 E-Tech electric”. Assez compliqué ! Mais on se doute qu’on oubliera vite la partie technique pour garder Renault 5, et évidemment le plus simple R5. Renault utilise d’ailleurs lui-même R5 dans sa communication.

Quelle taille ?

C’est une information officialisée : la R5 mesurera 3,92 mètres de longueur. Soit un petit gabarit dans la catégorie des citadines polyvalentes, où la grande majorité des propositions dépasse 4 mètres. L’actuelle Clio mesure 4,05 m, la Zoé est à 4,08 m. Sa remplaçante sera donc 16 cm plus courte, ce qui est notable. La R5 promet d’être très à l’aise en milieu urbain. On espère en revanche que ce ne sera pas au sacrifice de l’espace à l’arrière et du volume de coffre.

Quel look ?

Ce sera l’aspect le moins surprenant, car le design de la nouvelle R5 est déjà bien connu ! Outre le fait qu’il s’inspire de l’allure du modèle originel lancé en 1972, le véhicule a été annoncé par un concept proche de la série en janvier 2021, soit il y a quasiment trois ans. Un concept vu et revu depuis. Et il y a quelques semaines, des images de dépôt de brevet ont été trouvées. Avec elles, on a découvert les traits définitifs de la R5 moderne. Les changements par rapport au concept tiennent du détail, de ceux notamment qui concernent la réglementation comme les rétroviseurs. On note quand même des optiques et une signature lumineuse retravaillées. Anguleuse, la R5 aura un air musclé avec ses ailes marquées, inspirées par la R5 Turbo. Le capot intègre un indicateur de charge de batterie, sous la forme du chiffre 5.

Ces images sont des teasers du modèle de série.

Quelle plate-forme ?

La R5 va inaugurer une nouvelle base. Mais ne l’appelez plus CMF-BEV, il faut désormais dire AmpR Small, Ampere étant la nouvelle entité de Renault dédiée à la voiture électrique. Cette base est étroitement dérivée de la CMF-B utilisée par la Clio, ce qui permet une réduction des coûts de développement et de production, de nombreuses pièces étant communes. L’AmpR Small a été évidemment adaptée pour recevoir une batterie de véhicule électrique. La R5 a le droit à un vrai petit luxe, un train arrière multibras, un élément généralement réservé au segment supérieur. La voiture promet de belles qualités routières.

Quels moteurs ?

La R5 reste fidèle au moteur synchrone à rotor bobiné, déjà utilisé par la Zoé. Mais le moteur évoluera par rapport à cette dernière, avec une nouvelle architecture intérieure, qui rassemble les trois composants principaux : le convertisseur DC/DC qui convertit les 400 V de la batterie en 12 V, le chargeur de la batterie et “le pilotage de la distribution de courant géré par “l’accessory box”. Le bloc sera plus compact et moins lourd, avec 20 kg gagnés par rapport à la Zoé. On ne connait pas encore les puissances qui seront disponibles.

Quelles batteries et autonomies ?

La R5 aura un nouveau pack batteries, avec une réduction du nombre de modules. Il y en a 12 avec la Zoé, il y en aura seulement quatre, avec un seul étage. Cet optimisation permet d’avoir un ensemble plus compact qui s’intègre bien à la plate-forme. Le Losange a d’ailleurs écarté le LFP, restant sur du lithium-ion NMC (nickel-­manganèse-cobalt), le LFP prenant plus de place (et étant plus lourd).

Renault a confirmé deux tailles : 40 et 52 kWh. La grande donnera une autonomie de 400 km en cycle mixte WLTP. Soit un statu-quo par rapport à la Zoé, mais Renault estime que c’est une valeur qui correspond bien à l’usage d’une citadine. La petite batterie devrait être à 300 km.

Quelles technologies ?

Un secret a bien été gardé, c’est l’habitacle. Le dessin de la planche de bord n’est pas encore connu. Renault a toutefois annoncé l’arrivée dans la R5 d’un nouveau copilote digital, qui prendra la forme de l’avatar “Reno”, un personnage en forme de losange. On l’imagine dans un écran tactile de 10 pouces. L’habitacle devrait ainsi mêler modernité et clins d’oeil rétro.

Côté recharge, la R5 va recevoir un chargeur embarqué bidirectionnel, un équipement inédit à ce niveau de gamme. Grâce au V2G, l’auto pourra envoyer de l’énergie de la batterie vers le réseau. Cela doit notamment lui permettre de baisser le coût de la recharge, grâce à la revente d’électricité quand celle-ci est plus chère, et la recharge quand elle est moins chère.


À lire aussi
Renault R5 électrique : comment la recharge bidirectionnelle va vous faire économiser de l’argent

Quels prix ?

Renault sait qu’un look sympa ne suffira pas dans un marché de plus en plus concurrentiel, où le prix reste un critère d’achat très important. La marque a confirmé un ticket d’entrée autour de 25.000 €, sûrement avec la batterie de 40 kWh. Soit un sacré progrès par rapport à la Zoé. Si elle a d’office 395 km d’autonomie mixte WLTP, c’est à partir de 35.100 € hors bonus. La R5 aura bien sûr le droit au bonus. Made in France, elle n’a rien à craindre du nouvel éco-score.

Quelles dates ?

Après avoir multiplié les teasers en 2023, les choses concrètes approchent ! Renault lèvera le voile sur la R5 définitive le lundi 26 février, au Salon de Genève. Les premières livraisons se feront à l’automne.

Renault propose déjà l’achat d’un pass coupe-file, qui permettra de passer commande 10 jours avant le reste des clients, et donc de faire partie des premiers livrés. Le pass coûte 150 €, avec en cadeau une miniature.

Quelles rivales ?

La R5 va remplacer la Zoé. Ses rivales seront donc les mêmes, avec des citadines électriques polyvalentes maintenant bien connues comme les Opel Corsa Electric et Peugeot e-208. Mais la R5 va aussi avoir à affronter les nouvelles citadines branchées de Stellantis à petit prix, à commencer par la Citroën ë-C3, affichée à partir de 23.300 € avec une autonomie de 320 km. Fiat dévoilera mi-2024 sa version de cette ë-C3, avec un prix tout aussi agressif. Avec un ticket d’entrée proche, la R5 tentera de faire la différence avec son look sympa et une présentation promise plus soignée.



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus