News & Reviews

voici les 10 voitures électriques que tout le monde attend cette année

15


Comme chaque année, de nouveaux modèles vont faire leur apparition chez les constructeurs. Si certains ont déjà dévoilé tous leurs secrets ou presque, d’autres entretiennent encore le mystère. On vous révèle ici tout ce que l’on sait des grosses sorties prévues dans les mois à venir.

Difficile de dire en ce début d’année quel sera l’impact des nouvelles règles du bonus écologique sur les ventes à venir. Mais en termes de nouveautés, une chose est sûre : il va y avoir du monde au balcon ! En effet, le programme des sorties est chargé cette année, avec du lourd, et même du très lourd. Mais surtout, la bonne nouvelle, c’est que parmi les nombreux SUV, on trouve aussi de petites citadines prometteuses. Voici donc les 10 voitures électriques les plus attendues dans les concessions en 2024.

Renault 5 électrique

 

C’est sans aucun doute le modèle le plus attendu de l’année. La Renault 5 va en effet faire son grand retour dans une version 100% électrique. Elle sera ainsi présentée dans sa version de série au Salon de Genève fin février. On la retrouvera ensuite dans les concessions à la fin de l’été. Pour nous faire patienter jusque-là, Renault divulgue régulièrement des informations à son sujet. La dernière en date concerne son prix, aux alentours des 25 000 euros. Mais ce n’est pas tout, on sait aussi que la Renault 5 E-Tech, c’est son nom officiel, mesure 3,92 mètres de longueur, et aura droit à 2 configurations de batterie. À son lancement cependant, seule la grosse batterie de 52 kWh sera proposée. Celle-ci devrait offrir 400 km d’autonomie WLTP. Ensuite, il y aura une batterie de 40 kWh pour faire baisser le prix et viser les 25 000 €. Pour rappel, la R5 remplacera la ZOE qui débute aujourd’hui à partir de 30 000 euros bonus déduit. En comparaison, la 5 devrait être plus abordable, alors même qu’elle proposera des fonctionnalités inédites comme le V2L, et même le V2G. Il sera ainsi possible de l’utiliser comme batterie stationnaire, en plus de recharger des appareils électriques en les branchant à la voiture. Une technologie qui, pour l’heure, est encore assez rare. Elle ne sera d’ailleurs pas proposée au lancement du Renault Scénic, l’autre grande nouveauté de la marque…

À lire aussi
V2G, V2H, V2B : les voitures électriques et les réseaux intelligents

Renault Scénic électrique

Si vous faites partie des déçus quant à l’autonomie et l’habitabilité de la Renault Megane, cette année, le Losange a pensé à vous ! Les familles seront en effet heureuses d’apprendre la sortie du nouveau Renault Scénic qui doit arriver dans les concessions au premier trimestre. Exclusivement proposé en 100% électrique, il sera possible de choisir entre une version standard ou à grande autonomie. Et c’est bien là la grande nouveauté par rapport à la Megane, puisque outre des dimensions plus généreuses, une nouvelle batterie de 87 kWh prendra place sous le plancher. Avec une telle capacité, la marque annonce une autonomie pouvant aller jusqu’à 610 km, contre 420km pour la batterie de 60 kWh qui équipe actuellement la Megane. Côté motorisation en revanche, pas de changement. Ainsi la petite batterie est associée à un moteur d’une puissance de 170 ch quand la grosse batterie alimente un moteur de 220 ch. Ce dernier accélère de 0 à 100 km/h en 8,4 sec et est bridé à 170 km/h. Côté recharge, le véhicule est équipé d’un chargeur embarqué de 22 kW. Pour la recharge rapide, en courant continu, la puissance maximale atteint 130 kW avec la petite batterie, et 150 kW avec la plus grosse. En bonus, Renault affirme avoir optimisé la courbe de charge pour offrir un plateau de charge prolongé. À noter que la pompe à chaleur est dorénavant de série. Reste une inconnue : le prix. On devrait en savoir plus mi-janvier, mais on peut espérer que Renault parviennent à placer la version à grosse batterie en finition de base dans la zone du bonus. Croisons les doigts !

Peugeot e-3008

Concurrent direct du Renault Scénic, le Peugeot e3008 est la grande nouveauté de la marque au Lion. Pour sa troisième génération, il devient en effet 100% électrique. Mais contrairement à sa petite sœur la e308, il peut accueillir des batteries bien plus grosses, synonyme d’une autonomie généreuse. Ainsi le modèle de base à deux roues motrices se dote d’un moteur de 210 ch couplé à une batterie de 73 kWh. Ce duo permet d’offrir au SUV une autonomie de 525 km. Avec cette même capacité de batterie, une version à quatre roues motrices cumulant 320ch est également disponible. Selon Peugeot, cette configuration offre également une autonomie de 525 km. Enfin, pour couronner le tout, une version équipée d’une batterie XXL de 98 kWh est disponible. En deux roues motrices, avec une puissance de 230 ch, cette variante promet une impressionnante autonomie de 700 km. Un chiffre non seulement jamais vu sur un modèle français, mais qui se rapproche surtout des meilleurs modèles du marché. Malheureusement en termes de puissance de charge, il ne faudra pas compter sur plus de 160 kW sur bornes rapides. Une valeur qui peut sembler un peu faible au regard de la taille des batteries. En ce qui concerne la recharge en courant alternatif, le véhicule est équipé de base d’un chargeur embarqué triphasé de 11 kW, mais cela peut monter jusqu’à 22 kW en option. À noter que la fonction V2L est également de la partie. Tout comme le Renault Scénic, le Peugeot e3008 sera fabriqué en France. Bien que les tarifs n’aient pas encore été dévoilés par la marque, on peut s’attendre à ce qu’ils soient particulièrement salés, flirtant avec les 60 000 € pour ce qui est du modèle avec 700 km d’autonomie. Les versions les plus abordables devraient toutefois rester éligibles au bonus.

Citroën C3 électrique

Alors qu’on ne l’attendait pas spécialement au tournant, la nouvelle Citroën C3 électrique a fait forte impression lors de sa présentation en octobre dernier. Il faut dire que pour le même prix qu’une Dacia Spring, elle promet des prestations supérieures à tous les niveaux. Plus puissante, avec son moteur de 113 ch, plus autonome avec ses 320 km de rayon d’action, elle possède également des capacités de recharge en courant continue bien supérieures. En effet, alors que la Dacia Spring dispose d’un port CCS en option autorisant une charge jusqu’à 30 kW de puissance, cela atteint 100 kW sur la Citroën, le tout de série. Des caractéristiques qui font d’elle une citadine polyvalente, capable de réaliser des longs trajets occasionnellement, et ce d’autant que le coffre affiche un volume de 310 L. Pour le reste, on retrouve des chiffres plus classiques avec par exemple une puissance de recharge en courant alternatif de 7 kW pouvant monter à 11 kW en option, un 0 à 100 km/h effectué en 11 secondes et une vitesse maximale bridée à 135 km/h. Disponible à partir du second trimestre, 2 finitions seront proposées lors du lancement : la You à 23 300 €, et la Max à 27 800 €. Si le haut de gamme permet de se faire plaisir avec des jantes en alliage 17 pouces, une caméra de recul, ou encore un grand écran de 10 pouces, la finition de base n’a pas à rougir avec son régulateur de vitesse, ses capteurs de recul, ainsi que son maintien dans la voie. À n’en pas douter, cette Citroën ëC3 a tout pour voler la vedette à la Dacia Spring qui, dorénavant, est privée de bonus.

MG Cyberster

Avis aux amateurs de décapotable et de cheveux au vent, MG a osé le cabriolet ! Disponible à la commande depuis la fin de l’année dernière en Chine, le Cyberster doit faire son arrivée en France dans le courant de l’année. Trois motorisations sont au programme, dont deux propulsions. Dans sa version de base, il développe 314 ch, un couple de 475 Nm et est associé à une batterie de 64 kWh pour une autonomie estimée entre 430 et 450 km WLTP. Toujours en propulsion, une version avec grosse batterie de 77 kW permet d’augmenter le rayon d’action qui devrait dépasser les 500 km. Enfin, la version la plus puissante se dote d’un deuxième moteur à l’avant, faisant grimper la puissance totale à 544 ch. Le 0 à 100 est alors réalisé en un peu plus de 3 secondes, de quoi décoiffer son brushing ! Dans cette configuration, l’autonomie devrait se situer aux alentours de 470 km. Pour l’heure, les prix sur le marché français ne sont pas encore connus. On sait simplement qu’en Chine, il faut débourser l’équivalent de 41 à 46 000 € pour se l’offrir.

Kia EV3

Avec l’annonce de l’EV3, la famille EV de Kia peut enfin compter sur un SUV électrique compact, taillé pour l’Europe. Présenté sous forme de concept, on ne sait pour l’instant pas grand-chose à son sujet si ce n’est qu’il prendra la place de la Soul tout en étant plus grand. En termes de dimensions, il se place ainsi entre un Peugeot e-2008 et un Renault Scénic E-Tech. Côté technique, et contrairement à ses grands frères EV6 et EV9, l’EV3 devrait être basé sur une architecture 400 V et non 800 V, bien plus coûteuse. Pour ce qui est des batteries, les packs actuels de 58 et 77 kWh devraient être de la partie. Kia a déjà évoqué un prix de départ de 30 000 $, mais difficile pour l’instant de savoir ce qu’il en sera pour l’hexagone. Si des prototypes du véhicule ont déjà été surpris en Europe, son arrivée en concession devrait se faire en 2024, sans que l’on sache exactement quand. “Wait and see” comme on dit.

BMW iX2

Pour la seconde génération du BMW X2, la marque allemande a revu en profondeur sa copie. Avec cette nouvelle version, le X2 devient plus clairement un X1 coupé. Par conséquent, la taille augmente nettement puisqu’on passe de 4m26 à 4m55. Mais outre son gabarit, c’est surtout sa silhouette qui évolue. On aime ou on déteste, à vous de choisir. Toujours est-il que si l’on parle du X2 aujourd’hui, c’est parce qu’il inaugure dès le mois de mars une version 100% électrique, nommée iX2. Une déclinaison logique puisqu’il existe depuis un an un iX1, sur la même base technique. En version xDrive30, on retrouve ainsi deux moteurs, un sur chaque essieu, développant une puissance cumulée de 313 ch. La capacité du pack batterie s’élève à 64,8 kWh, ce qui permet d’avoir une autonomie en cycle mixte allant jusqu’à 449 km. Le véhicule est doté en série d’un chargeur embarqué de 11 kW tandis qu’un plus puissant de 22 kW sera disponible en option. En recharge rapide DC, la puissance maximale est de 130 kW. Sur ce point, on aurait pu en attendre un peu plus d’un modèle premium, surtout au regard du prix qui commence à 59 150 €. On se consolera néanmoins avec l’équipement de série, généreux dès la version de base.

Porsche Macan EV

Encore un modèle, et pas des moindres, qui passe au 100% électrique cette année. Le Porsche Macan s’offre en effet une cure d’électron et devient le second modèle 100% électrique de la marque de Stuttgart. Nous avons d’ores et déjà pu le découvrir lors d’un essai passager, et une chose est sûre : il promet du lourd, au sens propre comme au sens figuré. Comme pour le Taycan, une version Turbo chapeautera la gamme avec ses 2 moteurs pouvant délivrer jusqu’à 612 ch de puissance cumulée et 1 000 Nm de couple. Avec pareille fiche technique, il ne serait pas étonnant que le 0-100 km/h soit abattu en moins de 3,7 s. Niveau agilité dans le sinueux, il peut compter sur des roues arrières directrices et une excellente répartition des masses. En conduite dynamique, on peut également compter sur un excellent freinage et une direction très précise, comme toujours chez Porsche. Ses qualités, on les retrouve également en passant de l’asphalte à la terre, ce qui lui confère une polyvalence à toute épreuve. De quoi justifier un prix sans doute élitiste, une autre marque de fabrique du constructeur. Et ce n’est pas l’énorme batterie de 100 kWh qui permet de faire baisser le prix. De quoi autoriser sans doute plus de 500 km d’autonomie WLTP. Enfin, la charge sur bornes rapides peut atteindre 270 kW, avec une courbe de recharge qui ne s’effondre pas et qui permet de passer de 10 à 80 % en seulement 22 min selon Porsche. Sur bornes publiques en courant alternatif, le Macan intégre en série un chargeur embarqué de 11 kW, mais il est possible d’ajouter un chargeur de 22 kW en option. On devrait en savoir plus sur la gamme dans les tous prochains jours.

Volvo EX30

Trois quarts avant du SUV

Vous aimez le format SUV, mais n’avez pas besoin d’un véhicule XXL ? Le Volvo EX30 est fait pour vous ! Le dernier-né de la marque suédoise reprend les codes esthétiques de son aîné, l’EX90, dans un format réduit. A titre de comparaison, on est ici sur le gabarit d’une Renault Megane, soit des dimensions parfaitement adaptées à un usage urbain. D’un point de vue technique, l’EX30 offre le choix entre deux types de batteries : une batterie LFP de 49 kWh utile pour la version propulsion de 272 ch nommée Single, et une batterie NMC de 64 kWh utile pour celle nommée Single Extended. Ce même accumulateur prend également place sous le plancher de la version Twin Performance, à deux moteurs, qui fait grimper la puissance à 428 ch et autorise le 0 à 100 km/h en seulement 3,6 secondes. Les autonomies sont estimées à 344 km pour la version propulsion à petite batterie, 480 km pour la version propulsion à grosse batterie, et 460 km pour la version 4 roues motrices. En termes de recharge, l’EX30 peut effectuer un 10 à 80 % en 27 minutes sur bornes rapides, avec des puissances respectives de 135 kW et 155 kW. En ce qui concerne la charge en courant alternatif, la finition de base Start est compatible avec une puissance de 11 kW, tandis que les finitions plus haut de gamme, Plus et Ultra, peuvent atteindre une puissance de charge de 22 kW. Une fois à bord, la sobriété est de mise. À l’image des Tesla Model 3 et Y, le Volvo EX30 ne possède pas d’instrumentation face au conducteur. Toutes les informations se trouvent ainsi sur l’écran central, animé par Google Automotive. À 37 500 € en prix d’appel, il est désormais l’électrique le plus abordable de la gamme. Problème, il risque d’avoir un peu de mal à se faire une place puisqu’il n’a pas droit au bonus écologique. Néanmoins, cela ne devrait être que temporaire. En effet, s’il est pour l’instant fabriqué en Chine, il le sera aussi en Europe à partir de 2025. De quoi mettre toutes les chances de son côté face à ses cousins les Zeekr X et Smart #1. La concurrence risque d’être rude !

Mini Cooper E/SE

Pour 2024, Mini s’offre une mise à jour bienvenue. Outre l’esthétique qui évolue, notamment à l’intérieur, c’est avant tout sur le plan technique que les améliorations sont notables. Désormais, la voiture est déclinée en deux configurations techniques. La version E tout d’abord, qui se dote d’un bloc de 184 ch, soit la même puissance que l’ancienne génération. La version SE ensuite, qui affiche désormais 218 ch. Chaque version possède sa propre batterie. Ainsi, la E promet 305 km avec une batterie de 40,7 kWh, tandis que la SE grimpe à 402 km avec une batterie de 54,2 kWh. Pour rappel, la précédente Mini électrique avait une batterie de 32,6 kWh pour une autonomie de 233 km. Le bon en avant est donc significatif. On pourrait dès lors s’attendre à des augmentations de tarifs, mais il n’en est rien. Au contraire, le ticket d’entrée est même en baisse. La Mini cooper E débute dorénavant à 34 000 €, alors que l’ancienne génération commençait à 37 400 €. À ce prix, il est pratiquement possible de s’offrir la version SE 2024, qui commence à 38 000 €. Des prix qui restent malgré tout élevés, mais qui sont en lien avec le blason de Mini. On ne pourra d’ailleurs pas se consoler avec un quelconque bonus, puisque la Mini électrique est fabriquée en Chine. Cela devrait changer dès 2026, année où elle rejoindra l’usine de fabrication de la version thermique qui, elle, est située en Angleterre.

Voilà, c’était le TOP 10 des nouveautés 2024. Bien évidemment, cette liste n’étant pas exhaustive, si certains modèles que vous attendez n’ont pas été cités, vous avez la possibilité de les mentionner dans les commentaires. En attendant de vous lire, nous vous souhaitons une excellente année !



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus