News & Reviews

vers une extension du malus écologique dès 2024 ?

55


Appliquée depuis l’année dernière, la taxe sur la masse en ordre de marche (TMOM) plombe le prix des voitures thermiques neuves dès lors qu’elles affichent un poids supérieur à 1 800 kilos. Ce seuil devrait bientôt être revu.

Alors qu’il fait grimper le prix des voitures thermiques neuves en raison de leur impact environnemental, mais aussi nouvellement de leur poids, le malus écologique devrait être étendu « pour des raisons écologiques ». C’est ce qu’a annoncé Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports, dimanche lors du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI.
Cette taxe qui touche sous forme de malus les véhicules qui affichent un poids supérieur à 1,8 tonne sera « sans doute […] abaissé(e) progressivement dès le projet de loi de finances pour 2024 » avance le ministre.

Déjà + 10€/kilo supplémentaire

Pour rappel, ce dispositif incite depuis 2008 les acheteurs à opter pour un modèle propre en pénalisant ceux qui le sont moins. En début d’année, le barème avait d’ailleurs été durci, passant de 127 grammes à 122 grammes de CO2 rejetés par km, et allant de 50 euros à 50 000 euros (226 g/km de CO2).

Côté malus au poids, au-dessus de 1 800 kg, chaque kilo supplémentaire fait augmenter le prix de 10 euros : c’est officiellement la « taxe sur la masse en ordre de marche » (TMOM) appliquée depuis 2022, notamment sur les SUV.

Cette mesure entrerait donc dans la deuxième partie du grand plan de sobriété énergétique présenté en juin par le gouvernement, qui encourage déjà le covoiturage et d’autres actions en faveur d’une moindre consommation. Les nouveaux seuils de poids seront connus dans les prochains mois et discutés dans le cadre du projet de loi de finances 2024 selon 20 Minutes.

Aucune crainte pour l’électrique ?

Cependant, et la crainte grandissait la semaine dernière, les véhicules électriques lourds ne devraient finalement pas être concernés par l’abaissement des seuils de poids. Pour Clément Beaune, « il faut être cohérent. On est dans une phase de transition, il faut qu’on développe le véhicule électrique en France et en Europe, [c’est] le sens de l’histoire de prendre en compte des critères de poids », a-t-il déclaré.

Le même ministre qui déclarait aussi il y a quelques jours : « Concernant les véhicules électriques et hybrides, il faudra progressivement resserrer les critères ». Rien n’est moins sûr donc…



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus