News & Reviews

une technologie à la hauteur de ses ambitions

13


Xiaomi SU7La Xiaomi SU7 est sans doute le lancement de nouveau modèle le plus attendu sur le marché chinois en cette fin d’année. Et au vu des ambitions affichées du constructeur et de ses investissements, ses résultats seront étroitement surveillés en 2024.

Devenir constructeur automobile

Pour devenir un “vrai” constructeur automobile, les investissements massifs ont visé à développer une voiture, mais aussi acquérir le savoir-faire “de base”. Xiaomi a ainsi développé sa propre plateforme, baptisée Modena, qui intègre en particulier une unité arrière réalisée en une seule pièce en coulage sous pression (“Giga casting”) à 9100 tonnes et des batteries en mode Cell-to-body (cellules directement intégrées dans la caisse, sans module ni pack). Une formule qui permet de gagner en encombrement et en masse.

Les moteurs ont également été développés en interne. Trois moteurs ont ainsi été créés et sont nommés V6, V6s et V8. Le V6 équipe la SU7 Pro à deux roues motrices avec 220 kW et 400 Nm. Le V6s propose des chiffres similaires, mais s’adapte à l’architecture 871 volts de la version Max. Installé à l’avant, il est complété du V8 à l’arrière, avec 275 kW et 500 Nm. Pour ce dernier moteur, Xiaomi revendique un rendement de 98,1%. On note aussi une certaine ambition au niveau des performances. Alors que la plupart des constructeurs chinois limite la vitesse de leurs véhicules à 180 ou 200 km/h, la Xiaomi SU7 Max peut atteindre 265 km/h.

Les batteries ont, elles aussi, été développées en interne, en utilisant toutefois des cellules de fournisseurs : BYD pour la batterie LFP d’entrée de gamme, CATL pour la NMC haut de gamme (probablement les Qilin chargeant à 5C). L’autonomie atteint 800 km (CLTC) pour la SU7 Max avec sa batterie 101 kWh. Xiaomi souligne que sa plateforme peut accepter une batterie de 150 kWh pour une autonomie de 1200 km. Les puissances de charge ne sont pas précisées, et la seule mention indique 510 km d’autonomie en 15 minutes.

SU7 Pro SU7 Max
Puissance 220 kW / 299 ch 220 + 275 kW
495 kW / 673 ch
Couple 400 Nm 838 Nm
Batterie 73,6 kWh
LFP BYD 400V
101 kWh
NMC CATL 871V
Autonomie CLTC 668 km 800 km
Autonomie estimée WLTP 550 km 650 km
Vitesse maximale 210 km/h 265 km/h
0 à 100 km/h 5,28 s 2,78 s
Charge nc “510 km en 15 minutes”

Avec son Cx de 0,195, soit une des meilleures valeurs actuellement sur le marché, la Xiaomi SU7 confirme la tendance du marché chinois en matière d’aérodynamique. Forcément, le profil ne se distingue pas vraiment du lot, mais elle affiche une certaine originalité par ses phares, en rupture avec la mode des feux qui disparaissent quasiment sur certains modèles. La SU7 ne sera proposée qu’en trois teintes extérieures : un classique gris, un vert “bronze” et un bleu cyan.

La présence du Lidar sur le toit (version Max) trahit la capacité de conduite semi-autonome de niveau L2+. Xiaomi proposera la fonction de conduite semi-autonome de point à point avec navigation en ville dans 100 villes en 2024. Le Lidar est complété par 3 radars, 11 caméras haute définition et les classiques 12 capteurs à ultra-sons. Le tout opéré par un processeur Nvidia Orin X avec une puissance calcul de 508 Tops.

Longueur 4997 mm
Largeur 1963 mm
Hauteur 1455 mm
Empattement 3000 mm
Coffre avant 105 l
Coffre arrière 517 l
Cx 0,195

Connectivité avancée

Si pour tous les chapitres précédents, Xiaomi a appris le métier automobile, l’intérieur reflète son savoir-faire plus traditionnel : un écran 7,1 pouces face au conducteur complété par un affichage tête haute 56 pouces, un écran central 16,1 pouces en résolution 3K au centre, avec le système maison HyperOS tournant sur le processeur Qualcomm Snapdradon 8295. Le système prend en charge la connectivité de cinq écrans additionnels, dont des tablettes au dos des sièges pour les passagers arrière. Des tablettes Xiaomi de préférence, mais le constructeur s’ouvre aussi avec la prise en charge des tablettes Apple iPad, via prise en charge de CarPlay et AirPlay.

Si les commandes physiques ont quasiment disparu, comme sur la plupart des modèles actuels, Xiaomi a prévu en accessoire une barrette de boutons, avec une fixation magnétique sous l’écran. Le coffre de 517 litres est complété d’un coffre avant de 105 litres.

Initialement envisagée par les médias chinois comme une voiture abordable à partir de 200 000 RMB (25 000 euros), la SU7 devrait finalement se positionner autour des 300000 RMB (38 000 euros).


À lire aussi
Avec la berline électrique ET9, Nio se replace au dessus de la mêlée

Avis de l’auteur

Pour faire son entrée sur un marché très sensible à la technologie, Xiaomi a mis les petits plats dans les grands et ne s’est pas contenté d’intégrer sa technologie électronique. Il poursuit ainsi la tendance qui se développe dans l’industrie automobile chinoise : l’intégration verticale. Le meilleur exemple reste BYD, mais à l’instar de Xiaomi, la plupart des nouveaux venus cherchent à maitriser autant que possible toute la chaîne de valeur de la voiture électrique, intelligente, autonome, connectée…

Xiaomi n’a pour le moment pas évoqué de vues sur l’Europe. La priorité reste la construction d’une gamme et le développement sur le marché national. Néanmoins, ses ambitions, devenir un des 5 plus gros constructeurs dans le monde en 20 ans, sont telles qu’un débarquement sur notre continent est inévitable à moyen-terme, durant la seconde moitié de la décennie. Comme en Chine, le constructeur aura l’avantage d’y arrivera avec un nom déjà connu.




Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus