News & Reviews

Sans le bonus, les ventes de voitures électriques s’effondrent en Allemagne

6


La tendance à la baisse se confirme en Allemagne. Les ventes sur les voitures électriques ont chuté de 29 % en mars 2024. L’arrêt du bonus est pointé du doigt mais le gouvernement ne compte pas revenir en arrière.

Les allemands ne veulent plus de voitures électriques ?

Inflation, arrêt des aides gouvernementales : le marché des voitures électriques se porte mal de l’autre côté du Rhin. En mars 2024, leur part est tombée à 12 %, contre 18,4 % en moyenne sur l’ensemble de 2023 en Allemagne. En volume, la baisse est de 29 % en glissement annuel. Cette importante chute sur l’électrique fait reculer l’ensemble du marché allemand de 6,2 % avec 263 844 voitures immatriculées en mars.

Toutes motorisations confondues, c’est Volkswagen qui garde la tête avec 48 180 unités écoulées (- 3,4 %). Ensuite on a Mercedes-Benz avec 21 706 modèles vendus (- 22,8 %) et BMW avec 21 366 voitures écoulées et une légère hausse de 0,6 %. Les ventes des chinois restent très timides : BYD n’a vendu que 160 modèles en Allemagne sur le mois de mars 2024. Même chose pour Great Wall Motor et ses 307 véhicules écoulés.

La faute au gouvernement

Un coup de frein réel, dont l’origine semble assez évidente. Selon Constantin Gall, expert automobile pour le cabinet EY, « la suppression du bonus a entraîné une grande incertitude sur le marché des voitures électriques ». Les importants rabais des constructeurs ne suffisent pas à convaincre les utilisateurs.


À lire aussi
Marché automobile mars 2024 : les ventes de voitures électriques sauvées par le leasing social

Alors, les objectifs fixés par l’Union européenne peuvent-ils être remis en question ? En 2035, les marques sont censées arrêter de vendre des modèles thermiques. La fédération allemande des constructeurs automobiles internationaux (VDIK) estime qu’il faut maintenir ce cap.

L’association a déclaré que « les discussions actuelles sur la fin éventuelle de l’objectif 2035 sont contre-productives ». C’est aussi l’avis du ministre des Transports, Volker Wissing. Il estime toutefois que « ce n’est pas une solution de créer durablement un marché avec des subventions ».



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus