News & Reviews

Quand l’armée allemande roule en Renault Mégane break

19



Si le projet d’une armée unique européenne est toujours assez abstrait, cela n’empêche pas les forces armées des pays de l’Union de se fournir en matériel chez leurs voisins. Ce qui amène parfois à des curiosités, comme l’Armée de Terre allemande qui utilise divers modèles Renault !

Est-ce de la nostalgie, un reliquat géopolitique de la présence française en ex-RDA, ou tout simplement le résultat d’un appel d’offres pour une partie de l’équipement de la Bundeswehr (l’équivalent allemand de notre Armée de Terre) ? En circulant dans les régions où se trouvent des bases militaires en Allemagne, il est possible de croiser des Renault Mégane Estate de génération actuelle portant une sérigraphie militaire. Ces autos servent en effet de véhicules légers de service et de liaison, au même titre que des Kangoo et de Trafic également présents à l’inventaire de l’armée allemande.

 

La compta avant le patriotisme

Renault n’a évidemment pas le monopole de l’équipement de l’armée allemande, mais les autos au Losange y sont largement représentées. Nos voisins d’outre-Rhin ont pourtant l’embarras du choix avec ce qu’ils ont sous la main. Une Volkswagen Golf SW ou une Opel Astra (même si elle est cousine de la Peugeot 308) feraient tout aussi bien l’affaire… L’explication est en réalité la plus simple des hypothèses précitées. Le ministère de la Défense a tout bonnement validé les tarifs les plus compétitifs proposés par les prestataires de leasing. Certes, certains moteurs Renault sont un peu allemands : le 1.3 TCe et le 1.5 dCi ont été en partie conçus en collaboration avec Mercedes et se retrouvent par exemple sous le capot des Classe A. Bon, cette raison n’a certainement pas pesé bien lourd sur la calculette des comptables, qui l’ignorent probablement.

Après tout, notre Armée de Terre utilise bien un dérivé du Ford Ranger, la Gendarmerie roule parfois en Volkswagen Multivan et Skoda Kodiaq, et la Police Nationale circule souvent en Skoda Octavia ou Ford Focus. L’Europe de la Défense n’est pas pour demain, sauf peut-être sur les routes. Maigre lot de consolation… Dans la balance, vendre des Rafale à nos voisins (l’avion, pas le SUV basé sur le Renault Espace) aurait certainement été plus profitable à l’industrie européenne que quelques Mégane et Kangoo. Pour mémoire, l’armée de l’air allemande fait désormais ses courses côté américain.

 



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus