News & Reviews

Porsche Macan Electric (2024) : sacrilège ?

1


Le Macan s’est toujours imposé comme le SUV le plus sportif de la gamme Porsche. Est-ce que la nouvelle génération désormais 100% électrique est en mesure de suivre les traces de son prédécesseur thermique ? Réponse au volant du Macan 4 d’entrée de gamme, et de la turbulente version Turbo.

Après plus de 850.000 unités vendues dans le monde en dix ans de carrière, le Macan cède aujourd’hui sa place à une seconde génération exclusivement proposée en 100% électrique. Pénalisée d’un fort malus (60 k€), la version thermique (de précédente génération donc) disparaitra en effet du catalogue dès cet été dans la majorité des pays d’Europe. Mais elle continuera d’être commercialisée aux USA et en Asie, ainsi qu’en Suisse et au Royaume-Uni.

Le démarrage des ventes du Macan Electric est quant à lui annoncé comme excellent avec plus de 10.000 commandes effectuées en deux mois dans le monde (chiffres mars). Il faut également noter que près d’un client sur deux n’avait jamais acheté de Porsche. Un véritable produit de conquête donc pour la marque.

Bon à savoir : anticiper l’achat et la revente.

Il est possible de connaitre la valeur de revente ou de reprise de votre véhicule grâce à la cote auto Turbo de votre Porsche Macan, l’alternative à la côte Argus.

Porsche Macan – Digne successeur ?

Contrairement au Taycan, conçu à la base pour être 100% électrique, c’est la toute première fois que Porsche doit transformer un modèle thermique en version zéro émission. Le constructeur est donc reparti d’une feuille blanche en inaugurant la nouvelle plateforme PPE à architecture 800V développée conjointement avec Audi. Premier constat, le gabarit augmente afin d’accueillir au mieux son énorme batterie de 100 kW/h. Le nouveau Macan s’étire en effet de 6 cm (4,78 m) et s’élargit de 1,1 cm (1,94 m). Parallèlement, l’empattement s’allonge de 8,6 cm (2,89 m). De nouvelles proportions qui sautent immédiatement au yeux. 

Le nouveau Macan n’arbore pas qu’un inédit regard branché. Il exhibe également un look plus musclé avec un capot très plongeant et des ailes plus prononcées que jamais. Très moderne, la face avant bourrée de caractère apparait ainsi très imposante. Tout comme la partie arrière, beaucoup plus agressive qu’auparavant. De profil, le pavillon devient quant à lui plus fuyant, à la façon d’un SUV Coupé. 

Porsche Macan – Deux versions au lancement

L’aérodynamique est clairement le nerf de la guerre chez les électriques. Et en l’occurrence, le travail effectué en la matière est impressionnant avec un Cx qui tombe à 0,25 (contre 0,35 pour le Macan thermique), équivalent à un gain de 80 km d’autonomie. Pour y parvenir, le Macan embarque notamment des volets d’air avant actifs ainsi qu’un sous-bassement entièrement caréné. L’aileron mobile et certaines jantes ont aussi profité d’une petite optimisation. Ainsi, face aux sublimes jantes de 22 pouces qui équipent notre Macan Turbo, des jantes aérodynamiques de 20 pouces permettent à elles seules de gagner 50 km d’autonomie.

Il fallait bien ça pour compenser une partie de l’énorme prise de poids, compris entre 2.330 kg (Macan 4) et 2.405 kg (Macan Turbo). Mais heureusement, nos engins ne manquent pas de ressources. Au lancement le Macan n’est en effet proposé qu’en deux versions, toutes deux en 4 roues motrices avec un moteur par essieu. Le Macan 4 ouvre le bal avec 387 ch (408 ch en Overboost et Launch Control) et 650 Nm de couple maxi. De quoi avaler le 0 à 100 km/h en 5,2 s et pointer à 220 km/h tout en affichant 613 km d’autonomie. Le Macan Turbo délivre pour sa part 585 ch (639 ch ponctuellement) et un énorme couple de 1.130 Nm grâce à un moteur arrière plus gros. De quoi abattre le 0 à 100 km/h en 3,3 s et atteindre 260 km/h, en annonçant 591 km d’autonomie. 

Porsche Macan – Des gênes de Taycan

A l’ouverture des portières sans encadrement, on découvre un habitacle proche de celui du Taycan, avec une planche de bord très linéaire et dépourvue de casquette d’instrumentation. Le grand écran de 12,6 pouces situé derrière le volant est épaulé par un affichage tête haute en réalité augmenté. Le système multimédia se compose quant à lui d’un écran central de 10,9 pouces et d’un second de même taille face au passager (optionnel). Beaucoup d’écrans donc, mais surtout une position de conduite très sportive, offrant une amplitude étonnante (-28 mm au plus bas face à l’ancien Macan).

La qualité de finition de nos modèles d’essai est évidemment sans reproches, avec du cuir étendu un peu partout et de grandes possibilités de personnalisation. On note également que le sélecteur de vitesse a migré derrière le commodo droit, afin d’épurer la console centrale. C’est là que nous trouvons les seules touches physiques, permettant un accès rapide à la climatisation et au volume audio. Les modes de conduite sont quant à eux accessibles au travers de la molette dédiée au volant, ou via l’écran central comme d’habitude.

Evidemment, à bord d’une Porsche la meilleure place se situe à l’avant. Mais on découvre que les qualités d’accueil progressent à l’arrière, notamment au niveau de l’espace aux jambes. Ici, l’assise abaissée de 15 mm permet de conserver une bonne garde au toit. Grâce au grand empattement, le volume de chargement grimpe également avec une capacité de 540 litres pour le Macan 4 et 480 litres pour le Turbo, auquel il convient d’additionner 84 litres de frunk sous le capot avant. Contre 488 litres pour le Macan thermique.

Porsche Macan, le temps n’a pas d’emprise sur lui – Essai TURBO du 10/10/2021

Porsche Macan Turbo – 1.130 Nm de couple maxi !

Sur papier, les performances du Macan sont clairement impressionnantes pour un engin de 2,4 tonnes. Néanmoins, ce n’est pas un 0 à 100 km/h qui représente une bonne Porsche, mais bel et bien les sensations éprouvées au volant. Et en l’occurrence, là aussi le nouveau Macan annonce la couleur avec un centre de gravité abaissé de 14 cm et un équilibre des masses idéal de 52% à l’arrière. Il profite aussi d’une transmission intégrale, mais par défaut 100% de la puissance est envoyée à l’arrière. C’est parfait !

Pour débuter cet essai, nous avons directement attaqué les choses sérieuses avec le Macan Turbo fort de 639 ch et doté de tous les équipements disponibles à ce jour : suspension pneumatique à deux valves, roues arrière directrices ou encore différentiel arrière actif avec vectorisation du couple. L’attirail technologique est à la hauteur des ambitions du constructeur : rester la référence. Et il faut reconnaitre que même lorsque l’on s’attend à l’excellence, le résultat n’en demeure pas moins bluffant au volant d’un véhicule électrique, car on retrouve parfaitement l’ADN de la marque : direction très directe, train avant incisif, attaque de freinage franche et naturelle. La précision de conduite est excellente et la mécanique communique parfaitement.

Ajoutez à cela une absence totale d’inertie à l’accélération, au freinage, ou lors des changements d’appuis. On se retrouve littéralement connecté à la route. Catapulté à la moindre pression du pied droit par les 1.130 Nm de couple. La stabilité est excellente et l’agilité est réellement surprenante à chaque virage. Le poids reste bien sensible en entrée de courbe, mais le sous-virage s’efface d’une simple pression sur l’accélérateur, afin de transférer davantage de puissance à l’arrière pour bien enrouler la courbe. Intuitif, efficace et même carrément joueur, dès que l’on taquine un peu les limites. Il est tout aussi aisé et plaisant de jouer avec les transferts de charge, grâce au centre de gravité situé au plus bas. Quel engin !

Porsche Macan 4 – le meilleur compromis ?

Moins puissant avec ses 408 ch et 650 Nm de couple, le Macan 4 se révèle clairement un choix plus rationnel. En effet, on se rend immédiatement compte que la puissance suffit amplement pour offrir de bonnes sensations. Délivrée moins brutalement, et jamais excessive même pied au plancher, elle n’impose pas de doser systématiquement la pression du pied droit. Une harmonie mécanique et châssis parfaite.

Outre les performances qui sont bien au rendez-vous à tous les niveaux, on retrouve aussi la rigueur caractéristique du constructeur dans la conception même du véhicule. Le Macan Turbo se veut ultra sportif. Le Macan 4 mise quant à lui sur un compromis parfait pour rouler au quotidien. Dépourvu de roues arrière directrices (optionnelles), celui-ci affiche une direction moins directe et une prise de roulis un peu moins bien contenue que le Turbo. Les réactions du châssis sont moins vives. Le comportement se montre plus progressif. L’ensemble apparaît plus naturel et intuitif finalement.

L’amortissement pneumatique (optionnel sur Macan 4) assure déjà un très bon niveau de confort sur le Macan Turbo monté en 22 pouces. Celui-ci devient vraiment excellent sur la Macan 4 équipé de jantes de 20 pouces. On note d’ailleurs une belle amplitude entre les modes de conduite : très souple en « Normal », très raide en « Sport plus ». Le mode « Sport » représente un parfait compromis, tant en tenue de route qu’au niveau du filtrage.

Finalement, le principal bémol concerne l’absence de palettes au volant. Aucune possibilité de renforcer la récupération d’énergie, qui en l’occurrence se révèle très faible et ne varie pas selon les modes de conduite. Porsche privilégie l’efficience, mais nous aurions apprécié pouvoir renforcer le frein moteur en entrée de courbe.

Ainsi, notre consommation s’est stabilisée entre 21 et 22 kWh/100km à une vitesse de 130 km/h sur autoroute. De quoi permettre de réaliser presque 450 km d’une seule traite. Et celle-ci est tombée à 18,1 kWh/100 km sur un parcours mixte. Pas mal. D’autant qu’avec la plateforme 800V, la batterie peut être rechargée de 10 à 80% en 21 minutes sur borne rapide à 270 kW.

Porsche Macan – les tarifs 

Le Macan 4 démarre à partir de 86.439 euros. Ce qui représente une belle inflation face aux 72.000 euros réclamés par son prédécesseur (hors malus de 60.000 euros bien sûr). Ceci dit, en termes de performance le Macan 4 se compare plutôt au Macan S thermique qui était affiché entre 82 et 90.000 euros.

Le constat est similaire pour le nouveau Macan Turbo qui est quant à lui vendu à partir de 118.910 euros. Le niveau de performance augmente et la sportivité est toujours présente. Beaucoup trop pour la concurrence. Finalement, son principal rival aujourd’hui pourrait bien devenir son grand frère le Cayenne PHEV lui-même.

Titre fiche technique

Fiche technique

Fiche technique

Modèle essayé : Porsche Macan Electric (2024)
Macan 4 Macan Turbo
Dimensions L x l x h 4,78 x 1,94 x 1,62
Volume mini / maxi du coffre 540 litres à l’arrière + 84 litres à l’avant 480 litres à l’arrière + 84 litres à l’avant
Poids à vide 2.330 kg 2.405 kg
Puissance combinée 408 ch 639 ch
Couple maxi 650 Nm 1.130 Nm
Transmission intégrale intégrale
0 à 100 km/h 5,2 s 3,3 s
Consommation mixte WLTP 17,9 kWh/100 km 18,8 kWh/100 km
Autonomie WLTP 613 km 592 km
Tarif dès 86.439 euros dès 118.910 euros
Bonus / malus Aucun Aucun



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus