News & Reviews

Petit Le Mans 2023 – La guerre des étoiles !

22


La 26ème édition de la classique américaine, qui se dispute ce week-end sur le Michelin Raceway Road Atlanta, réunit pléthore de stars de la planète sport automobile, et même un champion du monde de F1.

En 2018, quand le manufacturier de pneumatiques Michelin a décidé de donner son nom au circuit hôte de la course de Petit Le Mans, il ne se doutait sûrement pas de l’aura internationale que prendrait ce rendez-vous de fin de saison du championnat IMSA.

Car ce week-end, Petit Le Mans et le Michelin Raceway Road Atlanta vont rayonner partout dans le monde grâce à la présence de nombreuses stars du volant sur la grille de départ. Il faut dire que 52 voitures y seront alignées selon 4 catégories. Alors que le circuit ne fait qu’un peu plus de 4 km de long, on se dit que seuls les Américains peuvent accepter autant de concurrents pour une seule course, alors que le Mans et ses 13 km se limite à 62 participants.
 


Button @ JDC-Miller

Pluie de stars

Si le WEC accueille des acteurs comme Michael Fassbender ou Patrick Dempsey, l’IMSA fait le plein de grands noms du sport auto mondial. Demain dans les paddocks nous pourrons croiser un champion du monde de F1, Jenson Button, mais aussi trois vainqueurs d’Indy 500 (Scott Dixon, Josef Newgarden et Helio Castroneves), ou encore six lauréats des 24 Heures du Mans : James Calado et Alessandro Pier Guidi (vainqueurs en juin dernier avec Ferrari), Mike Rockenfeller (2010), Nick Tandy (2015), Earl Bamber (2015 et 2017) ou encore Neel Jani (2016). Et ce sans oublier les espoirs de l’IndyCar que sont Scott McLaughlin, Kyle Kirkwood et Kyffin Simpson, ou bien le plus américain de tous les champions Français, Sébastien Bourdais, quadruple champion en Champ Car.

D’autres pilotes de Formule 1, comme Sebastian Vettel ou Mick Schumacher, envisagent également de franchir le pas, car la course aux USA attire plus que jamais. « Je pourrais m’asseoir sur le canapé et ne rien faire, mais je ressens le besoin de courir, indique Jenson Button, croisé hier soir par hasard dans le hall de l’hôtel. L’IMSA est un championnat que je suis depuis des années et j’aime les courses d’endurance, le travail d’équipe et le fait que les pilotes doivent collaborer au lieu de s’opposer. Et puis les courses sont tout simplement géniales ! L’Endurance, c’est là où je veux être dorénavant. »

Une déclaration qui ira droit au cœur des promoteurs qui sortent de quelques années de vaches maigre. Faut-il pour autant croire qu’un champion du monde de F1 puisse remporter Petit Le Mans ? Si la Porsche 963 n°5 du JDC-Miller Motorsports ne part pas avec les faveurs des pronostics, sur une course de 10 heures tout est possible.
 


Mathieu Jaminet Porsche Penske

Le titre en jeu

Mais tout d’abord, c’est samedi, à l’issue de l’épreuve géorgienne que l’on connaîtra les premiers champions de l’ère GTP, cette nouvelle catégorie qui fait règlement technique commun avec les 24 Heures du Mans. Six concurrents peuvent encore l’emporter, dont quatre se tiennent en 38 points.

Quatre voitures de quatre constructeurs différents sont en lice : la Cadillac V-Seriers.R n°31 de Pipo Derani et Alexander Sims, l’Acura ARX-06 n°10 de Filipe Albuquerque et Ricky Taylor, la Porsche 963 n°6 de Mathieu Jaminet et Nick Tandy, et enfin la BMW M Hybrid V8 n°25 de Nick Yelloly et Connor de Philippi.

Quand on sait que le vainqueur remporte la bagatelle de 350 points et que la pole en rapporte 35, il est peu de dire que rien n’est joué. On peut aussi espérer qu’un Français -Mathieu Jaminet- gagne le titre, ce qui constituerait une première depuis 2009 et le succès de Simon Pagenaud, dernier « frenchie » à avoir remporté un championnat d’Endurance de l’autre côté de l’Atlantique.

Demain à 11h40 locales (17h40 en France), 52 voitures prendront donc le départ de Petit Le Mans pour une course de 10 heures. Il s’agira de la dernière manche de la saison d’IMSA, qui englobe les 24 Heures de Daytona ou les 12 Heures de Sebring. Parmi les pilotes, on compte 11 Français, dont deux dans la catégorie reine.



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus