News & Reviews

notre découverte en images du crossover électrique

83


Ford Explorer

Ford nous présente son futur SUV 100% électrique ! Vous avez bien lu : il s’appelle Explorer. Sauf qu’il n’a pas grand-chose à voir avec l’Explorer tel qu’on le connaît. Enfin si, un peu. Mais pas totalement… ! Découverte en images du futur SUV urbain 100% électrique Ford Explorer.

C’était il y a bientôt 3 mois. Ford nous présentait sa nouvelle stratégie 100% électrique, et ses ambitions à horizon 2030. Et souvenez-vous, nous avions pu apercevoir les futurs modèles de la marque… Contre la promesse de ne pas en parler. Aujourd’hui, nous pouvons enfin vous présenter le modèle qui inaugure la nouvelle identité de l’ovale bleu : Ford Explorer. Et derrière son appellation iconique, il n’a (presque) rien à voir avec celui dont il reprend le nom. Ambitions urbaines, nouvelle direction esthétique et électrification au programme.

Ford Explorer : du gros SUV au « medium crossover »

Amateurs d’auto, vous connaissez déjà le grand SUV Ford Explorer, qui en est déjà à sa sixième génération. Et si cela ne vous parle pas spécialement, vous l’avez certainement déjà aperçu dans Jurassic Park ! Vous savez, le 4×4 vert et jaune dans lequel voyagent les visiteurs. En 2023, l’Explorer accueille un homonyme voué à un usage pour le moins différent. Alors que le grand SUV continue son bout de chemin dans les grands espaces, le petit nouveau se destine à la ville. Pour rappel, Ford réduit radicalement sa gamme, et a pour objectif de proposer 8 modèles pour 2024. Fini les Fiesta, Mondeo, Focus et consorts. C’est dans une logique de personnalité et d’usage que la gamme évoluera, en reconduisant des noms iconiques pour garder le fil. Mustang Mach-E, Puma électrique, Bronco pour l’ADN « Ultimate outdoor », et désormais Ford Explorer pour le volet « Urban escape ».

Avec ce revirement complet, Ford entend réaffirmer son identité forte, à l’américaine. En proposant des véhicules « rebelles et dynamiques » qui évoquent les grands espaces. Rappelons par ailleurs que la marque vise plus de 600 000 ventes annuelles 100% électriques d’ici à 2026. Pour ce faire, pas moins de 2 milliards de dollars ont été investis dans l’usine de Cologne. Et c’est justement là que le « medium crossover » Ford Explorer sera assemblé. Alors, à quoi ressemble le fameux petit SUV urbain qui sortira du Ford’s Cologne Electrification Center ? Autant vous l’avouer tout de suite, chez Automobile Propre, on le trouve plutôt sympa !

Le Ford Explorer côté look : ambitions européennes

Ford nous le dit clairement : « nous souhaitons apporter la personnalité iconique de l’Explorer dans un modèle destiné aux clients européens ». Comprenez par là que le nouveau Ford Explorer 100% électrique sera tout nouveau, avec quelques clins d’œil à son aîné. Le crossover reprend sans surprise les codes de l’électrique, avec des surfaces simples et lisses. La silhouette est à la fois musclée et compacte, ce qui lui donne une allure râblée plutôt réussie. L’avant semble relevé et le capot paraît long malgré de courts porte-à-faux en réalité. La présence visuelle du véhicule est également portée par sa ceinture de caisse assez haute. Le rapport carrosserie/vitres est très typique de l’Explorer originel. Le SUV électrique y fait d’ailleurs référence à travers quelques éléments. En particulier le graphisme teinté dans le verre des vitres arrière, interprétation moderne du montant C du grand SUV.


À lire aussi
Ford E-Transit Custom : le fourgon 100 % électrique et plus connecté que jamais

Son côté « aile de requin » (qui n’est pas sans rappeler certains designs façon Citroën C5X) parlera aux connaisseurs de l’Explorer d’origine. Même chose pour le montant A joliment intégré, qui donne cet effet de « visière » au pare-brise. La face avant en impose, avec son lettrage ton sur ton « Explorer » surmontant un logo Ford modernisé lui aussi. Pour finir, toit panoramique et ligne de toit participent à l’aspect « flottant » de la partie supérieure. Les lignes sont propres et fluides, ponctuées d’un regard affirmé sans tomber dans l’agressivité. Finalement, ce Ford Explorer adopte des proportions plus urbaines tout en faisant écho à son homonyme. Le tout dans un format plus adapté à la ville, plus « européen » donc. Ses dimensions : 4,46 m de long pour 1,87 m de large. À l’arrière, le volume de coffre s’étend de 450 à 1 400 litres pour une capacité d’emport optimale.

À bord : écran inclinable et optimisation de l’espace

« Le Ford Explorer sera assez compact et agile en ville, et capable d’emporter tout ce qu’il faut pour les week-ends ». La marque insiste sur la polyvalence de son petit SUV, qui devra cocher les cases du quotidien comme des vacances. Le véhicule conçu pour les européens par des européens apporte également son lot de nouveautés à bord. À commencer par son écran SYNC Move de 15 pouces au format portrait. Celui-ci est peut-être incliné sur plusieurs positions pour une vue ajustée depuis le siège conducteur. Le premier contact est très convaincant, d’autant qu’un espace de rangement se trouve sous le système. En position basse, l’écran agit comme un volet de fermeture. Mieux : une fois le véhicule verrouillé, l’écran fait office de couvercle sécurisé ! Les finitions haut de gamme accueilleront par ailleurs une véritable barre de son plate, posée sur le tableau de bord face au conducteur.

Depuis le siège conducteur, nous profitons d’un cockpit orienté vers nous, intuitif et accessible. Le volant, confortable en main, présente deux méplats en haut et bas. Entre nous, ce premier contact est plus prometteur que les volants Peugeot par exemple, dont le combo méplats/dureté rend le parcours de la main quelque peu abrupt. Mais cela reste à confirmer sur la route. Le Ford Explorer tire pleinement parti de sa plateforme électrique, notamment en matière de rangements. En témoigne la « Mega Console » de 17 l dans l’accoudoir central. Celle-ci peut accueillir 3 bouteilles d’1,5 l + 1 bouteille de 50 cl, ou encore un ordinateur portable sans problème. Pour ceux qui aiment placer leur smartphone sur la console centrale, un emplacement est également au rendez-vous. Les places assises ne sont pas en reste, avec un bel espace aux jambes à l’arrière et des sièges confort AGR à l’avant.

Motorisations et autonomie : plus de 500 km ?

Le sujet qui fâche. Non pas parce que les chiffres sont décevants… Mais tout simplement parce qu’on ne les a pas encore ! Le constructeur ne précise pas quelles seront les performances de son SUV 100% électrique pour le moment. On sait néanmoins que plusieurs motorisations en propulsion et en transmission intégrale seront proposées, ainsi que deux tailles de batteries. Pour le moment, nous estimons une autonomie maximale de plus de 500 km, ainsi que 250 kW (340 ch) en AWD. Les motorisations intermédiaires pourraient osciller entre 130 kW (~180 ch) et 200 kW (~271 ch). Soit un total de trois versions dont deux en propulsion ? Il faudra encore patienter quelques mois, puisque les caractéristiques techniques définitives du Ford Explorer seront dévoilées courant été 2023. Et heureusement, car les commandes devraient ouvrir en septembre, pour un début de production en fin d’année.

Quelle que soit la motorisation choisie, les clients bénéficieront du réseau de recharge de l’ovale bleu. Soit plus de 400 000 points de recharge en Europe (500 000 d’ici à 2024 !), dont plus de 400 bornes rapides Ionity. « Les clients Explorer bénéficieront par ailleurs d’un tarif préférentiel spécial Ionity » nous précise la marque. Le Ford Explorer sera proposé dans deux niveaux de finition « Explorer » et « Explorer Premium ». Jantes de 19 à 21 pouces, toit vitré ou non, et système multimédia dépendront de la finition choisie. L’Explorer 100% électrique sera disponible en six coloris : Frozen White, Magnetic Grey, Agate Black, Lucid Red pour les connus. Sont inédits les deux coloris Vibrant Blue My Mind, et Arctic Blue. C’est d’ailleurs ce dernier bleu arctique, couleur de lancement de l’Explorer, qui habille notre prototype. Alors, vos premières impressions ?


À lire aussi
Ford nous a présenté sa nouvelle stratégie 100% électrique (mais pas que) d’ici à 2030



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus