News & Reviews

Nissan Juke Hybrid (2024) : il y a du neuf à l’intérieur !

10


Cinq ans après son lancement, la deuxième génération de Nissan Juke profite d’une petite mise à jour afin de rester dans le coup. Pas de restylage extérieur mais un grand coup de neuf à bord, niveau design et technologies embarquées. Et pour prévenir la clientèle, le jaune est de nouveau de la partie !

Pionnier des SUV urbains lors de son lancement en 2010, le Nissan Juke a littéralement bousculé les codes du genre en s’imposant comme une réelle alternative à la traditionnelle berline compacte. Un nouveau type de crossover, dynamique et audacieux, faisant davantage la part belle au style qu’à un réel esprit pratique. Une recette clivante qui n’a pourtant pas manqué de séduire, même après l’arrivée d’une seconde génération un peu plus rationnelle, et gonflée à bloc pour maintenir sa position face aux nombreux nouveaux arrivants sur le marché. A ce jour, plus de 1,3 million de Juke sont sortis des usines de Sunderland au Royaume-Uni. En France, la deuxième génération figure toujours dans le Top 10 de la catégorie, avec plus de 40.000 exemplaires vendus et près de 70% de rétention client.

C’est dans ce contexte que Nissan nous l’a de nouveau confirmé : « Le design continue de plaire. Cela reste la première raison d’achat d’un Juke. On ne change donc pas une équipe qui gagne ». Pour son restylage de mi-carrière, le nouveau Juke n’évolue donc pas d’un iota extérieurement. Nissan n’a pas pris le risque de déplaire à sa clientèle, en se contentant d’étoffer le catalogue des jantes. Au contraire, le constructeur a même réintroduit la couleur jaune qui n’était plus proposée sur la génération actuelle, malgré les réclamations de le communauté. Celle-ci est bien mise en valeur par la nouvelle finition N-Sport, caractérisée par un pavillon noir contrastant. Il faut l’avouer, il a toujours du style !

Bon à savoir : anticiper l’achat et la revente.

Il est possible de connaitre la valeur de revente ou de reprise de votre véhicule grâce à la cote auto Turbo de votre Nissan Juke, l’alternative à la côte Argus.

Habitacle modernisé

Il est vrai aussi que ce jaune sied vraiment bien au Juke. D’autant qu’il habille également pas mal d’éléments à bord. A commencer par les surpiqûres de la sellerie matelassée et le tout nouveau mobilier. C’est la principale mise à jour de ce modèle 2024. Nissan a quasiment entièrement revu la planche de bord, avec une console centrale légèrement tournée vers le conducteur et un bloc d’instrumentation désormais 100% numérique. L’ensemble, surlignée d’Alcantara recyclé couleur carrosserie, intègre un système multimédia entièrement repensé lui aussi, et composé de deux grands écrans de 12,3 pouces (le bloc d’instrumentation reste de 7 pouces en entrée de gamme).

Le style change, mais l’originalité est pleinement préservée. Les nouveaux écrans contribuent à moderniser l’ambiance de par leurs formats 16,9 pouces. On adore d’ailleurs le bloc d’instrumentation personnalisable, aussi graphique que réactif. Un peu moins l’écran central tactile se révélant plutôt ergonomique mais décevant niveau graphisme justement. Espérons qu’une mise à jour de la cartographie soit au programme. Autrement, vous pourrez compter sur une connectivité Apple CarPlay et Android Auto sans fil. 

Rien de neuf évidemment concernant l’habitabilité, avec toujours aussi peu d’espace aux jambes à l’arrière. Toujours pas de toit vitré panoramique non plus, pour réduire la sensation d’engoncement. Et toujours pas de banquette coulissante enfin, qui aurait permis de moduler un peu cet espace réduit. Ainsi, avec un volume de coffre de 354 litres, le Juke se place dans la moyenne basse de la catégorie.

Juke Hybrid Rally Tribute, l’ode du désert par Nissan – Reportage TURBO du 11/09/2022

Une optimisation des rejets de CO2

A quoi bon en prendre le volant vous me direz, si rien de neuf n’est à noter non plus sous le capot ? En effet, le Juke exploite toujours le petit 3 cylindres 1.0 litre turbo de 114 ch en entrée de gamme, secondé par l’Hybrid de 143 ch emprunté aux Renault Clio et Captur E-Tech. C’est celui-ci que nous avons préféré, au même titre que 65% des Français. D’autant que Nissan nous a certifié qu’un travail visant à réduire la consommation (et donc les émissions) a été effectué au travers d’une nouvelle gestion du système hybride et de pneumatiques à faible résistance au roulement. En effet, sur papier le Juke Hybrid est désormais homologué à 4,7-4,8 l/100 km et 107-112 g/km de CO2 en cycle mixte WLTP (selon les versions). Ce qui correspond à un gain de 2 à 3 g/km de CO2.

En pratique, le quatre cylindres 1.6 litre de 94 ch et 148 Nm reste donc épaulé par un moteur électrique de 49 ch et 205 Nm et une boite de vitesses à crabots elle-même pilotée par un second moteur électrique. L’ensemble est alimenté par une batterie de 1,2 kWh. Mais la nouvelle gestion du système hybrid semble lui avoir un peu coupé les ailes. En effet, à l’accélération les 1.355 kg de l’engin se révèlent plus sensibles que jamais. Cela n’est pas confirmé par le 0 à 100 km/h toujours homologué à 10,1 s. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas très glorieux puisque même une Peugeot 208 Hybrid de seulement 100 ch réalise un meilleur chrono. De plus, dans ces conditions la sonorité mécanique se révèle peu flatteuse. Et on regrette l’absence de palettes au volant qui aurait permis d’optimiser la récupération d’énergie. Dommage pour un modèle à l’esprit si sportif…

Heureusement, le Juke Hybrid se rattrape avec un appétit mesuré à 5,6 l/100 km lors de notre parcours d’essai relativement exigeant. Pas mal, d’autant que nous avons également pu constater que les nouveaux pneumatiques à faible résistance au roulement n’entachent pas ses excellentes qualités dynamiques. En effet, la motricité reste excellente et le train avant conserve un très bon grip en virage serré. Mieux, nous aurions pu craindre que les énormes jantes de 19 pouces nuisent cruellement au confort, mais Nissan a su offrir un parfait compromis. Quelques trépidations demeurent certes, mais l’ensemble conserve de la souplesse en ville tout en virant bien à plat sur route sinueuse. Parfaitement dans l’esprit du Juke.

Une petite inflation ?

La bonne nouvelle est que Nissan a su contenir la hausse des prix puisque le nouveau Juke accuse un surcoût de seulement 550 euros à finition équivalente, en partie compensé par les modernisations apportées aux équipements (aides à la conduite supplémentaires ou mises à jour + nouvelle caméra de recul notamment). 

Celui-ci démarre ainsi à partir de 25.400 euros en 1.0 DIG-T BVM6 et 27.100 euros avec la boite DCT7. Notons aussi que l’offre Hybrid est désormais proposée à partir du niveau de finition Acenta. Ce qui baisse ton ticket d’entrée à 30.700 euros (soit -1.650 euros).

Titre fiche technique

Fiche technique

Fiche technique

Modèle essayé : Nissan Juke Hybrid N-Sport
Dimensions L x l x h 4,21 x 1×80 x 1×59 m
Volume du coffre 354 litres
Poids à vide 1.355 kg
Moteur Quatre cylindres 1.6 litre (94 ch) + moteur électrique (49 ch)
Puissance totale 143 ch
Capacité Batterie 1,2 kWh
0 à 100 km/h 10,1 s
Consommation mixte 4,7-4,8 l/100 km
Emissions de CO2 107-112 g/km
Tarif 35.650 euros
Malus Aucun



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus