News & Reviews

Malus écologique 2024 : attention, ça va faire (très) mal !

44



L’année 2024 apporte avec elle un changement significatif dans le paysage automobile français : le barème du malus écologique, un outil clé dans la lutte contre les émissions de CO2 et la promotion de véhicules plus respectueux de l’environnement. Cependant, les nouvelles réglementations imposées par le gouvernement soulèvent des inquiétudes et suscitent une vague de critiques. Comme on pouvait s’y attendre, le barème 2024 est encore plus sévère, beaucoup vont pleurer…
Seuil de déclenchement draconien 
La première mesure concerne l’abaissement du seuil de déclenchement. Alors que le seuil était fixé à 123 g/km en 2023, tous les véhicules émettant plus de 118 g/km de CO2 (soit une baisse de 5 g/km) seront concernés par ce malus. Alors que l’intention initiale était de pousser les consommateurs vers des voitures moins polluantes, cette politique agressive va une fois de plus pénaliser les citoyens ordinaires. En effet, les voitures de classe moyenne, telles que la Peugeot 208 (120 g/km) ou encore la Dacia Sandero, seront dorénavant touchées par un malus de 100 € ! 

SONDAGE – Le malus de plus en plus contraignant vous incite-t-il à passer à l’électrique ?

Plafonnement supprimé : injustice fiscale ! 
Vous pensiez avoir tout vu ? Eh bien non ! Le gouvernement a décidé d’aller plus loin dans sa lutte contre les voitures polluantes. Le plafonnement du malus à 50% du prix d’achat a tout simplement été supprimé. Oui, vous avez bien lu. Auparavant, cette limite avait pour objectif de garantir que même les voitures de sport ou de luxe ne soient pas soumises à des taxes trop excessives. Cependant, avec cette restriction levée, les voitures émettant plus de 193 g/km de CO2 seront désormais assujetties à un malus maximal de 60 000 €. Cela signifie que même les ménages à revenus moyens pourraient se retrouver à payer des sommes exorbitantes pour leurs véhicules, une perspective difficile à accepter dans le contexte économique actuel.{{_DYNINFEED_BLOCK_}}
Ce barème enterre de ce fait la Ford Mustang, qui émet plus de 193 g/km de CO2 et qui sera donc assujettie à un malus de 60 000 €. La sportive coûte 58 400 € dans l’hexagone, si un client français souhaite se l’offrir, il devra en plus payer cette taxe de 60 000 €, soit le double de son prix. Au final, elle lui coûtera 118 400 €, autant dire que plus personne n’achètera de Ford Mustang en France.



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus