News & Reviews

l’un progresse et l’autre explose en plein vol

20


Cruise (une filiale de General Motors) et Waymo (une société du groupe Alphabet) sont les deux plus grands acteurs de la conduite autonome aux États-Unis. Pourtant, leur destin ne prend pas du tout la même direction. Si Waymo progresse, Cruise semble être en très mauvaise posture.

Cruise va licencier 900 salariés

La guerre des voitures autonomes n’a jamais autant fait rage dans le pays de l’oncle Sam. Après plusieurs accidents à San Francisco, les choses se gâtent pour la filiale de General Motors. Cruise a vu son service de conduite 100 % autonome interdit en Californie. Seuls les véhicules en mode conduite semi-autonome (avec un conducteur humain au volant) ont encore le droit de circuler.

Un énorme coup dur pour la société américaine et un retour en arrière qui peut coûter très cher dans ce domaine. Et c’est précisément ce qu’il se passe. Le conseil d’administration de Cruise a décidé d’évincer Kyle Vogt le fondateur et PDG de l’entreprise. Neuf cadres historiques ont également été remerciés. Et pour couronner le tout, 900 personnes vont être licenciées, soit environ 24 % des effectifs de l’entreprise.

C’est le Mo ElShenawy, directeur technique de Cruise, qui a écrit aux 3 800 collaborateurs de l’entreprise. Il explique dans une lettre que « nous devons simplifier et concentrer nos efforts pour revenir avec un service exceptionnel dans une seule ville pour commencer. Suite à notre décision de ralentir la commercialisation, nous nous restructurons pour nous concentrer sur l’amélioration de notre technologie ».


À lire aussi
Mercedes EQE : une conduite autonome de niveau 4, vraiment ?

Dans cette situation, difficile de dire si Cruise sera en mesure de rebondir. La filiale de General Motors a été obligée de rappeler les 950 voitures qu’elle possède pour mettre à jour leur logiciel. Le constructeur américain avait pourtant absorbé d’énormes pertes pendant le développement du service de conduite autonome. L’entreprise espérait pouvoir générer un milliard de dollars de revenus d’ici à 2025.

Waymo trace sa route

En parallèle, Waymo, le concurrent principal de Cruise, se porte à merveille. La société du groupe Alphabet continue de mettre en place de nouveaux partenariats. Waymo travaille par exemple depuis quelques jours avec l’aéroport de Phoenix. Si ce n’est effectivement pas une annonce révolutionnaire, c’est tout de même la preuve que le service de conduite autonome fonctionne bien.

Début 2023, la concurrence entre Cruise et Waymo était pourtant à son plus haut niveau. Les deux entreprises proposaient des trajets sans chauffeur à des clients payants. Mais aujourd’hui, la course est totalement déséquilibrée. Waymo continue de déployer ses véhicules dans certains quartiers de Los Angeles, à San Francisco et a même ajouté ses voitures sur l’application Uber à Phoenix.

La descente aux enfers de Cruise est liée à un élément en particulier : l’entreprise a heurté et traîné un piéton. Ce soir-là, deux accidents ont eu lieu impliquant des véhicules différents à San Francisco. En parallèle, General Motors a interrompu la production de la navette Origin destinée à Cruise. Atteindre une conduite autonome fiable et rentable prend beaucoup plus de temps que Cruise l’avait prévu.

La filiale de GM n’est pas la seule entreprise de ce domaine à s’écrouler. En 2022, Argo AI, une initiative soutenue par Ford et Volkswagen, avait aussi fermé ses portes. Uber a également abandonné son projet en 2020. Avec la dégringolade de Cruise, Waymo pourrait donc prendre une longueur d’avance et mettre tous ses concurrents hors course. À moins que certains constructeurs ne décident de s’attaquer sérieusement au sujet.

Quel avenir pour la conduite autonome ?

Et c’est déjà le cas. Mercedes, Tesla, JiYue, ou encore Nio proposent des véhicules avec des fonctionnalités de conduite autonome de niveau 4. Il y a quelques semaines, la commercialisation du JiYue 01 en Chine a même marqué une étape importante pour l’industrie automobile. Il s’agit du tout premier véhicule grand public au monde à être doté de fonctionnalités de conduite autonome de niveau 4.


À lire aussi
On a testé la conduite autonome Ford BlueCruise au volant du Mustang Mach-e

Le modèle issu de la collaboration entre Geely et Baidu est par exemple capable de se garer tout seul et de venir récupérer des passagers jusqu’à 2 km de distance sans conducteur à bord. Ce véhicule électrique chinois est aussi capable de changer de voie et de dépasser de manière entièrement autonome ou encore d’identifier les feux de circulation. JiYue plus fort que Waymo ?



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus