News & Reviews

l’offre insolente de Mercedes ?

18


Quasiment déjà tué par le malus en France, le GLA 35 AMG incarne pourtant depuis son lancement une offre relativement raisonnable en termes de sportivité. Une sorte de GTI premium haute sur pattes, idéale pour affronter au quotidien la jungle des beaux quartiers. D’autant plus, depuis son restylage de mi-carrière qui réhausse encore la qualité de vie à bord, et apporte une hybridation légère 48V. 

La situation est compliquée en France pour les sportives qui ne se sont pas converties à une hybridation sérieuse. C’est notamment le cas du GLA 35 AMG qui dans la catégorie représente l’une des offres les plus accessibles de Mercedes. Pénalisé d’un malus de 60.000 euros depuis le 1er janvier 2024, celui-ci voit son tarif quasiment doubler (dès 69.299 euros), pour flirter désormais non loin de ceux d’un GLC 63 S E Performance de 680 ch (hybride rechargeable) évidemment incomparable en termes de prestations. On marche sur la tête. D’autant que les deux modèles partagent le même bloc thermique – à savoir un quatre cylindres 2.0 litres turbo – et que le GLA pèse 400 kg de moins que le GLC. Le ton est donné. Nous ne pouvions donc pas passer à côté d’un essai de ce GLA 35 AMG, plus exclusif que jamais.

Bon à savoir : anticiper l’achat et la revente.

Il est possible de connaitre la valeur de revente ou de reprise de votre véhicule grâce à la cote auto Turbo de votre Mercedes GLA, l’alternative à la côte Argus.

Le modèle le plus vendu en France

Après un démarrage des ventes en demi-teinte, la seconde génération de GLA s’est tranquillement fait une place sur la marché français. Pour finalement s’imposer aujourd’hui comme la Mercedes la plus vendue dans l’Hexagone. De toute évidence, le design continue de séduire. Le constructeur à l’Etoile s’est donc contenté du strict minimum pour son restylage de mi-carrière intervenu en cours d’année dernière.

Aucun bouleversement du style. Le GLA accueille simplement une nouvelle signature lumineuse à LED à l’avant et à l’arrière. Le dessin des boucliers est légèrement retouché en partie basse pour une allure un peu plus élégante. Finalement la mise à jour la plus visible concerne les extensions de passages de roues, désormais peintes couleur carrosserie (et non plus en plastique brut). Notons également l’arrivée de nouvelles jantes AMG en 19 et 20 pouces dans le catalogue des options.

Notre modèle d’essai est quant à lui équipé du Pack Aérodynamique AMG (2.000 euros) destiné à améliorer l’appui à haute vitesse, au travers d’une lame avant, d’arrêtes latérales et d’un aileron de toit en finition noir brillant. De quoi offrir plus de caractère à la petite Mercedes. Un peu trop extravagant toutefois à mon goût pour une sportive intermédiaire. Seul l’échappement à deux canules trahit que nous n’avons pas affaire à la turbulente version 45 S AMG.

Toujours le meilleur habitacle 

L’un des critères décisifs d’achat d’un GLA est sans nul doute son habitacle. Celui-ci n’a pas pris une ride, avec son système multimédia particulièrement moderne, digne des modèles du segment supérieur. Les finitions sont elles aussi excellentes, avec des matériaux de qualité (carbone, cuir, aluminium) joliment associés pour apporter une ambiance particulièrement exclusive pour la catégorie.

Le restylage renforce encore un peu cette sensation, avec l’adoption de série du nouveau volant AMG à quatre branches horizontales directement issu de la Classe S. Mercedes en a profité pour y intégrer les sélecteurs de mode de conduite à la façon du manettino Ferrari. Un choix également adopté par Porsche pour son aspect à la fois esthétique et ergonomique.

On apprécie aussi la mise à jour du système d’info-divertissement MBUX qui offre désormais la connexion sans fil Android-Auto et Apple CarPlay. Notons que globalement la connectivité est améliorée avec des performances de charge USB plus élevées et l’adoption d’un nouveau port USB-C. Les équipements ne sont pas oubliés avec un système de maintien de fil optimisé, et une aide au stationnement désormais assistée par caméra à 360 degrés à l’aide d’images 3D.

Rivian, Mercedes GLA, Remy Julienne – Zapping TURBO du 31/01/2021

Une micro-hybridation inutile ?

Sous le capot, nous retrouvons le quatre cylindres 2.0 litres turbo de 306 ch, associé à la boite automatique à double embrayage à 8 rapports et la transmission intégrale 4Matic. L’ensemble profite désormais d’une hybridation légère 48V au travers d’un alterno-démarreur offrant un boost de puissance temporaire de 14 ch au démarrage. 

Le système ne permet pas de rouler en 100% électrique. Il ne réduit pas la consommation de carburant (9,2 l/100 km en mixte WLTP / 209 g/km de CO2 rejeté). Il n’améliore pas non plus les performances (0 à 100 km/h abattu en 5,2 s). En revanche, l’agrément général progresse à l’aide d’une fonction roue libre et une optimisation du Stop&Start. C’est déjà ça.

Avec une telle cavalerie entre les mains, il est tentant d’enclencher immédiatement le mode Sport + afin de voir ce que la mécanique a dans le ventre. En l’occurrence, le GLA 35 AMG conserve son esprit de petit dragster. Au regard de ses 1.675 kg, les performances sont correctes. Mais un creux demeure à bas régime et les accélérations manquent un peu d’allonge (zone rouge à 6.500 tr/min). En outre, la moindre relance occasionne la tombée d’un rapport. Et la boite est loin de se montrer délicate. Mercedes a en effet un peu trop caricaturé le trait à mon goût, avec des rétrogradages musclés accompagnés d’une sonorité amplifiée (via les HP) un peu trop artificielle. Mais au moins les sensations sont bien là.

Défaut d’être le plus agile de la catégorie, le GLA 35 se rattrape par sa grande efficacité grâce à sa transmission 4Matic capable de varier la répartition du couple entre les essieux jusqu’à 50/50 (traction par défaut). Mais aussi par son différentiel électronique qui freine la roue arrière intérieur au virage pour une trajectoire plus précise. L’amortissement piloté optionnel nous semble quant à lui obligatoire. Malgré la hauteur de caisse, la prise de roulis est parfaitement contenue.

Mais en fait, même en conduite dynamique le GLA 35 s’apprécie surtout en mode Confort. La boite de vitesses est moins sollicitée et le couple maxi de 400 Nm apparait mieux exploité. En outre, la sonorité redevient plus naturelle avec un échappement moins présent. Et l’ensemble se révèle bien moins radical également en termes d’amortissement. Le compromis est parfait ! En somme, le GLA 35 se montre alors tout à fait fréquentable au quotidien.

Titre fiche technique

Fiche technique

Fiche technique

Modèle essayé : Mercedes GLA 35 AMG
Dimensions L x l x h 4,44 x 1,85 x 1,59 m
Volume mini / maxi du coffre 435 – 1.430 litres
Empattement 2,73 m
Poids à vide 1.675 kg
Moteur Quatre cylindres 2.0 litres turbo
Boîte de vitesses 8 rapports à double embrayage
Puissance 306 ch
0 à 100 km/h 5,2 s
Consommation 8,8 l/100 km en mixte WLTP
Emissions de CO2 204 g/km
Malus 60.000 euros
Tarifs à partir de 69.299 euros



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus