News & Reviews

Lexus LBX, à la conquête des SUV urbains

73


Avec son nouveau LBX, Lexus met enfin les pieds dans le segment des SUV urbains. Un modèle pensé pour l’Europe, reprenant en bonne partie la base de la Toyota Yaris Cross, et destiné à séduire sur un segment où les premium sont rares.

Lexus fêtera son trentième anniversaire l’année prochaine avec la commercialisation d’un modèle inédit, le LBX. Inédit car il s’agit d’un crossover urbain, pensé pour l’Europe, beaucoup plus dans l’air du temps que les habituels gros SUV et grandes berlines de la marque.

Pour ce faire, le constructeur premium japonais n’a pas eu besoin d’aller bien loin et a entièrement repris la base technique GA-B de la Toyota Yaris Cross. Une gémellité qui se ressent sur les dimensions puisqu’elles sont presque identiques, le LBX étant légèrement plus long (4,19 m), plus large (1,83 m) et plus ramassé (1,55 m de haut). De quoi lui permettre de s’affirmer sur un segment où les concurrents sont de moins en moins nombreux avec les rescapés Audi Q2 (en fin de vie), DS 3 et Mini Countryman.

Nouveau look pour une nouvelle vie

Mais la plus grande surprise vient du style, complètement différent de ce à quoi nous a habitués Lexus. Le dessin est plus simple, moins torturé, une direction stylistique déjà amorcée ces derniers mois avec les NX et RX. Le LBX fait plutôt sage, avec une bonne bouille ronde pouvant rappeler la dernière Smart #1, une face avant inaugurant la nouvelle identité de la marque.

Inspirée de celle des Lexus du début des années 2000, elle abandonne la calandre fuselée pour un bas de capot plus rond surplombant un jonc lumineux glissant d’un phare à l’autre et l’immanquable grille trapézoïdale. Le profil est également plutôt équilibré, surtout dans les variantes à carrosserie biton, et les jantes 18 pouces sont fournies d’office, peu importe la finition. L’arrière aussi adopte des formes plus douces, loin du coup de crayon au katana d’antan, soulignées par une signature lumineuse parcourant tout le hayon.

En passant dans l’habitacle, difficile de se dire que la base est celle de la Yaris Cross. Les matériaux sont de bien meilleure qualité avec des cuirs (vegan) surpiqués, des plastiques moussées et quelques éléments métalliques plutôt flatteurs à l’œil. Attention cependant aux plastiques durs sur les contreportes qui ne viennent cependant pas entacher une présentation soignée et technologique avec des grands écrans d’instrumentation de bord (12,3 pouces) et d’info-divertissement (10 pouces).

Question habitabilité, la place à l’arrière est suffisante pour deux adultes de taille moyenne et le coffre, modulable de manière basique, est légèrement en deçà des attentes avec seulement 332 litres de volume de chargement. Heureusement, ses formes géométriques lui permettront de charger assez facilement de gros objets.

Une vraie (petite) Lexus

L’autre difficulté pour Lexus, justifier son ADN premium en matière de mécanique. Les ingénieurs d’Aichi ont donc voulu améliorer au maximum les capacités du LBX par rapport à la Yaris Cross. Ils ont notamment travaillé sur la batterie, plus compacte et au meilleur rendement que sur le modèle de Toyota mais surtout sur le système hybride, toujours composé du moteur 3-cylindres 1.5 mais d’un nouvel ensemble boîte-pont. Le tout permettant au SUV urbain de développer 136 chevaux et 185 Nm de couple pour un poids à vide de 1 280 kg et un 0 à 100 km/h – correct – de 9,2 s.

L’expérience de conduite a également été perfectionnée selon Lexus notamment grâce à des optimisations sur les trains roulants et de nouvelles suspension MacPherson à l’avant et une barre de torsion à l’arrière pour les modèles traction, et des suspensions à double triangulation pour les versions à transmission intégrale (qui perdront 90 litres de volume de coffre dans l’histoire).

« Avec le LBX, vous avez une expérience de conduite plus typée dynamique que sur la Yaris Cross, mais aussi un meilleur confort » nous a certifié Xavier Riva, le patron de Lexus en France. Confort de roulement mais aussi acoustique puisque l’isolation phonique et l’insonorisation ont également été optimisées pour répondre aux attentes d’une clientèle premium. Tout cela reste évidemment à vérifier sur la route !

Le futur best-seller de Lexus

 « Là où la Toyota Yaris Cross s’arrête, le LBX prend le relais » explique Xavier Riva. Ses prix devraient donc osciller entre 34 000 et 45 000 €. La gamme s’articulera quant à elle autour de 5 finitions (avec une large palette de couleurs mais peu de choix pour la sellerie), celle d’entrée de gamme, Elegant et Relax pour plus de raffinement, Emotion et Cool pour plus de sportivité.

Comme souvent chez les Japonais, la dotation de série sera généreuse avec de nombreuses technologies disponibles d’office. Parmi elles, le système de sécurité pré-collision avec détection des intersections, le régulateur de vitesse adaptatif, le maintien dans la file de circulation avancé, la reconnaissance des panneaux de signalisation, le Safe Exit Assist, les radars de stationnement avec freinage automatique ou encore les avertisseurs de circulation arrière et d’angles morts.

Enfin, quelques options seront disponibles comme l’avertisseur de circulation avant ou encore le système de vision panoramique à 360°. La commercialisation du nouveau LBX est prévue pour le début de l’année prochaine et il devrait vite devenir le nouveau best-seller de la marque en Europe et en France où Lexus compte en vendre 3 000 exemplaires par an.



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus