News & Reviews

Les voitures électriques coûteront bientôt moins cher à produire que les thermiques

8


Dans trois petites années, les voitures électriques pourraient coûter moins cher à produire que leurs équivalents thermiques. C’est une étude très sérieuse du cabinet Gartner qui le dit.

Baisse du coût de production des voitures électriques

Dans un rapport publié le 7 mars 2024, Gartner livre ses projections sur le futur de la fabrication des voitures électriques. Le cabinet estime qu’à horizon 2027, la prochaine génération de modèles à batterie sera moins onéreuse à produire que les véhicules thermiques. Les coûts de l’assemblage des voitures électriques pourraient même baisser plus vite que le coût des batteries dans les trois années à venir. Ce qui laisse donc espérer une baisse des prix de vente !

D’après le cabinet Gartner, le coût de production des voitures électriques va donc baisser « beaucoup plus vite que prévu ». Selon Pedro Pacheco, vice-président de la recherche chez Gartner, les constructeurs automobiles historiques veulent redéfinir « en profondeur » les processus de production. De nouvelles innovations permettent de réduire les coûts de fabrication, comme les Giga Press de Tesla.

Mais des frais de réparation plus élevés ?

Mais il y aura peut-être une contrepartie. Les analystes estiment qu’avec l’arrivée de nouvelles technologies embarquées, les réparations vont être « plus coûteuses ». En effet, on peut lire que le coût moyen d’une réparation, « en cas d’accident grave », pourrait augmenter d’environ 30 %. Le risque est que les véhicules électriques victimes de graves collisions soient plus facilement détruits qu’aujourd’hui.

Le coût des réparations pourrait être supérieur à leur valeur résiduelle. Le cabinet estime que cette augmentation du coût des réparations pourrait même entraîner certaines compagnies d’assurance à « ne pas couvrir certains modèles ». Un point de vigilance que les constructeurs doivent garder à l’esprit. Les nouvelles méthodes de production ne doivent être déployées qu’avec des garanties de faibles coûts de réparation.


À lire aussi
Avec Renault et Stellantis, la production de voitures électriques « made in France » s’accélère

De la ruée vers l’or à la survie du plus fort

Autre donnée intéressante du rapport : Gartner prédit que d’ici 2027, 15 % des entreprises spécialisées dans les voitures électriques et créées au cours de la dernière décennie, « seront rachetées ou feront faillite ». Les incitations fiscales seront progressivement supprimées à travers le monde. C’est déjà le cas en Allemagne depuis fin 2023, mais certains constructeurs ont décidé de le prendre en charge temporairement.

Pour Pedro Pacheco, « cela ne signifie pas que l’industrie des voitures électriques va s’effondrer ». Mais simplement que les entreprises proposant les meilleurs produits et services l’emporteront sur les autres. En 2024, Gartner estime que les livraisons de voitures électriques atteindront 18,4 millions d’unités. Et 20,6 millions en 2025.

Cependant, le marché se transforme. Nous passons de la « ruée vers l’or », à la « survie du plus fort ». Concrètement, cela signifie que le succès des entreprises dans le domaine est désormais conditionné par « leur capacité à répondre aux besoins et aux attentes réelles des utilisateurs ». Le marché attend notamment des modèles moins onéreux. Plusieurs marques sont sur le coup : Renault et sa R5 électrique ou Tesla et le projet Redwood.



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus