News & Reviews

les temps de recharge et de voyage de notre Supertest

4



Peugeot e-208

La nouvelle Peugeot e-208 a montré qu’elle pouvait être plus polyvalente qu’auparavant. Mais cela est-il suffisant pour lui permettre de s’éloigner des villes ?

À sa sortie, la Peugeot e-208 avait peur de s’aventurer sur l’autoroute avec une consommation explosive, une autonomie réduite et une recharge rapide plutôt lente. Après une première mise à jour technique, le groupe Stellantis a décidé de lui offrir la nouvelle chaîne de traction qui brille par sa sobriété. Voilà qui permet d’offrir bien plus de polyvalence à la citadine. Voyons désormais si elle peut traverser la France si le besoin s’en fait sentir.

Peugeot e-208 GT : rappel de nos mesures

Nous avons publié la semaine dernière la première partie de ce Supertest. Voici un très bref rappel des chiffres :

  • Parcours mixte : 14,7 kWh/100 km – 347 km
  • Longue distance : 20,2 kWh/100 km – 252 km
  • Éco-conduite : 9,5 kWh/100 km – 537 km

Courbe de recharge de la Peugeot e-208 : un plein utile en 29 minutes

Selon la brochure, la Peugeot e-208 accepte jusqu’à 100 kW de puissance DC maxi. Cependant, dans la vraie vie, il n’est pas rare de la voir atteindre les 108 kW, et ce, jusqu’à près de 20 % de charge. C’est correct, puisque le début de la recharge est alors un peu plus rapide qu’avec une e-308 par exemple. La courbe se présente ensuite sous la forme d’un escalier, pour atteindre une puissance de 54 kW à 80 % de charge.

Passer de 10 à 80 % de charge réclame donc 29 minutes tout rond avec la Peugeot e-208 restylée. Cela se traduit ici par une puissance moyenne de 82 kW au regard de la quantité d’énergie rechargée (voir paragraphe coût des recharges). C’est à peine 2 kW de moins qu’une Peugeot e-308, plus rapide d’une minute pour faire ce plein. La fin de la recharge est toutefois longue, avec 46 minutes de plus pour atteindre les 100 %, soit 1 h 15 pour un (rare) plein complet sur les bornes rapides.

Courbe de recharge type
10 à 80 %  80 à 100 %  10 à 100 %
Temps de recharge (en min) 29 46 75
Autonomie gagnée (en km) 176 50 227

Autonomie récupérée : 179 km en 30 minutes

Sur notre trajet type de 500 km par l’autoroute, nous avons noté une conso’ moyenne de 20,2 kWh/100 km pour 252 km d’autonomie totale théorique. Au regard de ces relevés, la Peugeot e-208 peut alors récupérer plus de 100 km en 15 minutes et près de 180 km en une demi-heure. C’est dans l’absolu assez bas, mais bien mieux que d’autres citadines électriques. À titre de comparaison, un Jeep Avenger reprend 150 km seulement en 30 minutes.

Autonomie récupérée
Temps de recharge (en min) 15 30 45 60
Autonomie gagnée (en km) 103 179 204 217

Coût des recharges de la Peugeot e-208

En moyenne, les bornes de recharge rapide ont facturé 39,6 kWh d’énergie de 10 à 80 % de charge. Comme avec nos mesures sur le Jeep Avenger et la Peugeot e-308, remarquons ici le mauvais rendement de la recharge, avec un écart de 11 % entre l’énergie délivrée par la borne et la capacité réelle de la batterie. Pour rappel, l’écart moyen gravite autour des 6 % selon nos observations.

À un coût moyen de 0,59 €/kWh sur autoroute, cela porte le prix du plein utile à 23,36 €, pour un coût de 13,24 €/100 km. La e-208 figure parmi les voitures électriques les plus économiques sur l’autoroute parmi les modèles essayés en Supertest. À noter que la même quantité d’énergie nous a été facturée par une borne de recharge publique à une puissance de 11 kW (véhicule équipé du chargeur optionnel à 400 €).

Temps de trajet pour 500 km : 5 h 16

Si elle est relativement économique sur autoroute, cela ne se paie pas au prix d’un temps de voyage désespérément long. Avec à peine moins d’autonomie et une recharge tout juste plus longue qu’avec une Peugeot e-308, la e-208 reste dans le sillage de sa grande sœur. Ainsi, au temps de voyage habituel de 4 h 20, et en comptant les deux arrêts (un forfait de quatre minutes par sortie sur les aires), la citadine boucle le trajet de 500 km en 5 h 16.

C’est dans la très grosse moyenne de nos mesures donc, entre un Volvo EX30 et une MG 4 Luxury. Pour rappel, une Peugeot e-208 dotée de la chaîne de traction de 136 ch a réclamé 5 h 32, tout en ayant été avantagée par des températures et une configuration (finition Allure contre GT) plus favorables. Les progrès réalisés par rapport à la version 136 ch sont à souligner !


À lire aussi
Essai – Jeep Avenger : les temps de recharge et de voyage de notre Supertest

Supertest Peugeot e-208 : le bilan

Si la Peugeot e-308 nous a séduit par sa sobriété lors de son passage sur nos bancs, elle ne parvient pas à faire aussi bien que ses concurrentes en matière de polyvalence en raison de sa petite batterie. En revanche, cette nouvelle chaîne de traction sied à la perfection à la Peugeot e-208. Toujours sobre en ville, dotée d’une autonomie moyenne de 350 km des plus confortables et capable d’affronter l’autoroute sans broncher, la citadine a de nombreux atouts dans un segment où la concurrence est toutefois inexistante pour le moment, exception faites de ses clones chez Opel ou Lancia.

Reste qu’il faudra impérativement cocher la finition GT pour bénéficier de cette version, faisant donc grimper le prix de départ au plus haut : 39 300 € hors bonus et remises éventuelles sont ainsi nécessaires pour en prendre le volant. Voilà qui apparaît donc cher payé pour une petite citadine à l’habitabilité étriquée, qui se frotte de surcroit à des compactes chinoises logiquement plus spacieuses. Aussi, on n’oubliera pas de rappeler que la Cupra Born VZ XL, capable de voyager comme une grande routière, s’affiche au prix de 39 990 € !






Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus