News & Reviews

le meilleur outil pour l’hiver ?

13


L’actuelle Suzuki Swift n’a plus que quelques mois à vivre avant son remplacement, prévu pour ce printemps 2024. En attendant la prochaine génération, cette japonaise relativement méconnue fait toujours valoir de sérieux atouts, surtout en conditions hivernales : en version AllGrip, nous avons affaire à la seule citadine du marché dotée de 4 roues motrices. Notre essai, en espérant que la prochaine Swift conserve les mêmes talents.

Depuis la disparition de la Fiat Panda 4×4, les adeptes de petits gabarits à transmission intégrale n’ont guère le choix. Rien en vue, hormis chez Suzuki qui s’est fait une spécialité des modèles 4 roues motrices abordables. Le sujet est sérieux pour ceux qui sont roulent régulièrement dans des régions montagneuses ou sont confrontés à un climat rude. Il ne s’agit pas de jouer les franchisseurs (c’est le travail du Jimny), mais d’assurer les trajets quotidiens sans sourciller lorsque la chaussée chute à zéro.

Evidemment, n’importe quelle Peugeot 208 ou Renault Clio dotée de pneus hiver adéquats s’en tire déjà très bien sur les routes de montagne… mais une transmission intégrale facilite tout de même la vie et apporte un réel bénéfice en matière de polyvalence. Poids léger, gommes hiver, 4 roues motrices : c’est redoutable, en principe on passe (presque) partout ! La Suzuki Swift, dans sa version AllGrip, est la seule sur notre marché à remplir ces critères.

 


ESSAI – Suzuki Swift Allgrip : le meilleur outil pour l’hiver ?

Depuis la disparition de la Fiat Panda 4×4, la Swift est la seule citadine disponible en France en 4 roues motrices. La prochaine conservera cet atout technique.

Bon à savoir : anticiper l’achat et la revente.

Il est possible de connaitre la valeur de revente ou de reprise de votre véhicule grâce à la cote auto Turbo de votre Suzuki Swift, l’alternative à la côte Argus.

Cette place assez unique chez nous lui a assuré un certain succès, notamment dans les Alpes, le Jura ou les Pyrénées. A l’instar du Jimny ou du crossover S-Cross, la Swift porte la marque japonaise dans ces régions à un niveau bien au-delà des ventes françaises. Suzuki assure jusqu’à 7,4 % de parts de marché en Auvergne – Rhône – Alpes, contre 1,2 à l’échelle nationale ! En gros, dans les villages de Savoie, on en croise à tous les coins de rues.

Un vrai 4×4 de poche

Derrière la bouille sympathique, ce petit format (3,85 m de long) dissimule une « vraie » transmission intégrale, techniquement assez simple. Pas de gros arbre de transmission, mais un visco-coupleur qui permet d’envoyer jusqu’à 50% du couple sur l’essieu arrière. La Swift AllGrip est donc une intégrale non permanente, traction la plupart du temps. Aucun signe distinctif à première vue, hormis le logo sur le hayon et la garde au sol légèrement rehaussée (25 mm, toujours ça de pris). A bord, rien ne la distingue d’une Swift traction : la présentation est toujours la même (rustique et exclusivement composée de plastiques durs, mais d’aspect robuste), on ne trouve pas de mode de conduite spécifique. Des (vrais) compteurs bien lisibles, une position de conduite classique, et pas de fantaisie numérique qui tombe en panne et fait grimper la facture (l’interface média, qui remonte aux débuts du Vitara, est d’ailleurs bien datée).

 

Kia Sportage, Suzuki Swift Sport, 30 km/h à Paris – Zapping TURBO du 05/09/2021


ESSAI – Suzuki Swift Allgrip : le meilleur outil pour l’hiver ?

A bord de la Swift, l’ambiance est un peu datée et les matériaux sommaires. La position de conduite, un peu haute, est agréable et la visibilité satisfaisante. L’équipement est complet, mais pas de délire tactile à outrance : ici, du simple et lisible !

En pratique, le système est plutôt transparent et n’intervient que lorsqu’une perte de motricité avant est décelée. Pas de quoi crapahuter, juste d’enrouler les épingles sereinement et sans crainte de glisser du nez. Le châssis est stable, le comportement neutre rassure et les gommes de notre essai (des Hankook en 185/16) accrochent très correctement. Même en remise des gaz pied au plancher, en sortie de virage, l’auto réagit sans brutalité et tout en progressivité. De toute façon, avec 83 ch pour emmener le tout (et seulement 107 Nm de couple !), on a le temps de voir venir avant de tâter du bas-côté…

C’est précisément la seule surprise que nous réserve cette Swift : à l’heure des 3 cylindres suralimentés downsizés, gavés de couple, nous avons presque oublié la nonchalance à bas et moyens régime d’un petit 4 cylindres essence atmosphérique ! Heureusement que les premiers rapports sont assez courts, pour s’extirper des épingles. Sur route, mieux vaut être patient : on compte 13,8 s pour passer de 0 à 100 km/h. Les relances laborieuses imposent de fréquemment tomber un ou deux rapports, dès qu’un faux-plat apparait. Cela dit, la Swift ainsi motorisée n’est pas désagréable pour autant. Au contraire : au démarrage et à bas régime, quasiment aucune vibration. Et même si les performances sont très modestes, le fonctionnement tout en souplesse de ce petit 1,2 l à micro-hybridation nous change des 3 cylindres rugueux qui pullulent actuellement. Il convient juste de redécouvrir le mode d’emploi d’un atmo supercarré (ici, rapport alésage / course de 71,5 / 73 mm) : ne pas hésiter à se maintenir autour de 3.000 trs/mn, et jouer de la boite de vitesse. Le couple maximal est atteint à 2.800 trs/mn. Ah, attention : après la 5, c’est la marche arrière !

 


ESSAI – Suzuki Swift Allgrip : le meilleur outil pour l’hiver ?

La Swift réserve un comportement sain et rassurant, même à bonne allure par mauvaises conditions. Enfin, ce que les 83 ch permettent… Le 1,2 l à micro-hybridation est agréable, mais très placide.

Les vertus de la simplicité

Comme évoqué plus tôt, la Swift est une auto rationnelle et sans superflu technique. L’un des intérêts d’un simple viscocoupleur, pour assurer la transmission intégrale, réside dans sa compacité et son poids réduit. La Allgrip pèse 975 kg, donc seulement 50 kg de plus que la traction. En plus de son comportement sain, à l’aise sur la neige, la Swift tire un autre bénéfice non négligeable de son poids-plume : sa consommation, étonnamment basse malgré le traitement que nous lui avons infligé. Et il faut la cravacher pour la faire avancer, quand ça grimpe ! 6,3 l / 100 km relevés au terme de notre parcours, alternant cols, route sinueuse et autoroute, est donc un excellent score. Avec un minimum d’efforts, on parviendrait sans peine à tourner autour des 5,5 l. La Swift doit aussi son appétit réduit à sa micro-hybridation, assurée par un alterno-démarreur de 1,9 kW alimenté par une petite batterie (120 Wh). Là encore, la simplicité a toujours du bon : le dispositif est léger et peu encombrant. Heureusement, vu que le coffre est déjà étriqué (265 l). A l’usage, le système est quasi imperceptible, surtout appréciable en ville avec des arrêts et redémarrages en douceur.

La consommation modérée se traduit logiquement par de très bons chiffres d’émissions de CO2. Homologuée à 121 g, la Swift AllGrip ne cède que 125 € à notre Malus national. Bien joué ! Parlant finances, justement… Cette conception rationnelle, sans surenchère, a surtout le mérite de contenir ses tarifs. La Swift AllGrip demande un surcoût de seulement 1.500 €, et débute ainsi à 19.290 €. A ce tarif, on dispose d’une panoplie très complète (sièges chauffants, caméra de recul, alerte d’angles morts, interface média de série). Notre modèle d’essai Pack, le sommet de la gamme affiché 20.050 €, ajoute clim auto, GPS natif, accès / démarrage mains libres. Rares sont les autos, de nos jours, à afficher un rapport prix-prestations aussi compétitif. Sauf un certain… Dacia, hors catégorie évidemment. Reste à savoir si la remplaçante fera aussi bien, et à quel prix.    

 


ESSAI – Suzuki Swift Allgrip : le meilleur outil pour l’hiver ?

Petit moteur optimisé, poids léger : la recette est imparable pour limiter la consommation. Nous avons relevé seulement 6,3 l / 100 km de moyenne, alternant autoroute et… maltraitance en montagne. Preuve qu’un 4 cylindres peut être sobre.

Titre fiche technique

FIche technique Suzuki Swift (2017 – 2024)

Fiche technique

Modèle essayé : Suzuki Swift AllGrip Pack
Dimensions L x l x h 3,845 x 1,735 x 1,520 m
Volume mini / maxi du coffre 265 / 947 l
Empattement 2,450 m
Poids à vide 975 kg
Motorisation 4 cylindres essence, atmosphérique – 1.197 cm3 + micro-hybridation
Puissance – Couple maximal 83 ch – 107 Nm à 2.800 trs/mn
0 à 100 km/h – Vitesse maximale 13,8 s – 170 km/h
Consommation annoncée – relevée 5,4 l / 100 km – 6,3 l
Tarifs à partir de 15.790 € (modèle essayé : 20.050 €)



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus