News & Reviews

Le gouvernement veut imposer le 110km/h sur autoroutes pour les salariés

76


L’idée d’abaisser la vitesse maximale à 110km/h au lieu de 130km/h sur autoroutes ne semble plus être à l’ordre du jour en France. En revanche, le gouvernement souhaite pousser les entreprises à lever le pied et diminuer leur vitesse.

La vitesse maximale sur les autoroutes françaises est toujours limitée à 130km/h. Mais il est vrai que l’idée de réduire la vitesse à 110km/h revient régulièrement sur la table. Une promesse de campagne d’Anne Hidalgo lors de la présidentielle 2022. Aujourd’hui, l’idée fait encore débat notamment dans le cadre du Plan Sobriété énergétique du gouvernement évoqué l’année dernière. À savoir, le gouvernement avait souhaité que les conducteurs utilisant leurs voitures de fonction réduisent leur allure sur l’autoroute.

Dans la foulée, imposer cette mesure à la population entière a même été envisagé. C’est la Première Ministre, Elisabeth Borne qui a totalement rejeté cette idée afin d’éviter une vague de protestation sachant que le pays semble déjà bien en colère contre la réforme des retraites qui a officiellement été validée il y a quelques jours. Mais s’il n’est toujours pas question de légiférer sur le sujet, la réduction de la vitesse pourrait bien être imposée dans le monde professionnel et toucherait donc tous les salariés.  

Les salariés des grandes entreprises sont invités à lever le pied  

Le gouvernement invite les entreprises inscrites au CAC40 et au SBF120 (société des bourses françaises est un indice boursier de la bourse de Paris) à imposer une limitation de vitesse à leurs salariés utilisant un véhicule de fonction. Les entreprises devront “fixer des objectifs chiffrés de baisse de consommation d’énergie” et “faire valider ces objectifs par des instances internes élevées” comme leur conseil d’administration, indique le Président de la République.

Le gouvernement ne manque pas de rappeler que réduire la vitesse de 20km/h permet une diminution de CO2 et réduit également la consommation de carburant de 20%. Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, rappelle les enjeux : parvenir à réduire de 40% la consommation en énergie du pays d’ici 2050.

 



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus