News & Reviews

le diable est dans les détails

7


Avec le restylage de la Model 3 intervenu en fin d’année dernière, Tesla a optimisé en profondeur son modèle d’entrée de gamme. On pourrait presque parler d’une nouvelle génération au regard des améliorations apportées au profit de la qualité, de l’agrément et de l’autonomie. Dommage qu’elle ne soit plus éligible au bonus écologique.

C’est depuis toujours l’une des marques de fabrique du géant américain, capable d’adapter la réactivité d’une petite startup à l’échelle de son énorme puissance industrielle. Les Tesla ne sont pas seulement les modèles 100% électriques les plus performants du marché en termes d’autonomie et de consommation. Elles le demeurent également au fil du temps au travers de mises à jour logicielles à distance, mais aussi et surtout d’optimisations mécaniques régulières. Nouvelles configurations moteurs, nouvelles batteries, la gamme s’étoffe et évolue régulièrement pour continuer à s’imposer en référence. 

C’est ainsi qu’avec plus de deux millions d’exemplaires écoulés depuis son lancement en 2017, la Model 3 est rapidement devenue l’un des modèles les plus vendus dans le monde. Après un petit restylage intervenu en 2021 visant notamment à améliorer la qualité perçue, elle profite aujourd’hui d’un travail revu plus en profondeur. Une phase 2 en somme, perfectionnée en fonction des retours de la clientèle. Mais pas seulement. Modernisée aussi, pour repousser encore plus loin la vision même de l’Automobile imaginée par Tesla.

Bon à savoir : anticiper l’achat et la revente.

Il est possible de connaitre la valeur de revente ou de reprise de votre véhicule grâce à la cote auto Turbo de votre Tesla Model 3, l’alternative à la côte Argus.

Tesla Model 3 – Encore plus épurée !

Si à première vue la silhouette évolue avec parcimonie, Tesla a pourtant revu sa Model 3 de fond en comble. Celle-ci évolue selon la philosophie chère au constructeur américain recherchant une épuration des lignes toujours plus poussée. Cela débute par un regard acéré et un bouclier affuté lui conférant désormais des airs de sportive anglaise. Un travail réalisé principalement pour optimiser l’aérodynamique et donc la consommation, mais aussi pour réduire les bruits d’air à grande vitesse.

C’est également dans cette optique que de nouvelles jantes aéro font leur apparition au catalogue (18 pouces sur notre modèle d’essai). Tandis qu’à l’arrière, les feux désormais solidaires du hayon adoptent une signature « plus légère » afin d’inspirer une montée en gamme. Au final, la Model 3 s’allonge de 2,5 cm (4,72 m), la garde au sol diminue de 2 mm et le coefficient aérodynamique Cx passe de 0,23 à 0,219. De quoi améliorer l’autonomie de 20 à 40 km selon la configuration, rien qu’avec cela.

Tesla Model 3 – On adore ou alors on déteste

La mise à jour de l’habitacle est toute aussi intéressante puisque l’on découvre une atmosphère plus épurée que jamais, composée d’une planche de bord très rectiligne, ultra clivante mais plus intrigante que jamais. En effet, l’intégration harmonieuse des aérateurs – orientables depuis le système multimédia – nous apparaissait déjà une idée ingénieuse. Cette fois Tesla a carrément fait disparaitre le levier de vitesses ainsi que les comodos de part et d’autre du volant !

Les rapports (D, N, R), l’éclairage et les essuie-glace (automatiques) se gèrent désormais depuis l’écran central, de manière plutôt intuitive. Les commandes de clignotants prennent quant à elles la forme de boutons directement intégrés au volant, un peu comme chez Ferrari. Pas vraiment l’idée du siècle en matière d’ergonomie pour le coup. Notamment lorsqu’il s’agit de sortir d’un rond-point volant braqué. Mais il faut saluer la démarche visant à innover. Plus cool que réellement utile donc.

En détail, le nouvel écran central de 15,4 pouces aux bords affinés reste la pierre angulaire de cet habitacle. Un véritable bijou technologique, bien contrasté et ultra réactif, qui se montre toujours aussi agréable à utiliser. Sous ce dernier, les rangements restent quant à eux aussi vastes et nombreux. On remarque aussi que la qualité des finitions est globalement en hausse, avec l’intégration de nouveaux matériaux tels que l’aluminium brossé, du tissu et des plastiques moussés. On note qu’un éclairage d’ambiance personnalisable ceinture désormais l’ensemble de l’habitacle. L’audace est également au rendez-vous avec une magnifique sellerie cuir blanc, éblouissante au point d’imposer le port de lunettes de soleil ! J’exagère à peine. 

A l’arrière enfin, on trouve désormais un écran central de 8 pouces totalement dissocié du système avant, qui permet ainsi d’occuper les enfants. L’habitabilité est excellente, mais la hauteur d’assise plutôt réduite invite à tendre les jambes sous les sièges avant pour un bon confort. Le coffre évidemment reste une référence, avec son volume de 594 litres. D’autant que celui-ci est épaulé par le frunk de 88 litres situé sous le capot avant. Très pratique pour les câbles de recharge, parfois un peu sales.

Tesla Model 3 restylée, évolution ou révolution ? – Extrait TURBO du 22/10/2023

Tesla Model 3 – Plus confortable

La Model 3 est proposée en deux versions : la Propulsion développe une puissance de 275 ch pour une autonomie de 513 km (batterie de 57 kWh). Mais pour cet essai nous lui avons préféré sa variante Grande Autonomie affichant 462 ch au travers de deux moteurs (un par essieu) et une autonomie de 678 km avec nos jantes de 18 pouces (629 km en 19 pouces) grâce à sa grosse batterie de 78,8 kWh.

On a beau conduire énormément de véhicules électriques, une Tesla se révèle toujours aussi surprenante par ses performances. Fort d’une motricité sans faille, notre engin abat le 0 à 100 km/h en 4,4 secondes (notons que la vitesse de pointe a été abaissée à 201 km/h). Quelle vigueur, et quelles sensations, installé avec les jambes tendues comme à bord d’une sportive ! Pourtant, la version Grande Autonomie est loin d’être un poids plume avec ses 1.828 kg.

On remarque immédiatement que le châssis a lui aussi fait l’objets de petites améliorations. La clientèle réclamait davantage de confort. C’est chose faite au travers d’un assouplissement bien sensible de la suspension. L’ensemble reste un peu plus ferme que la majorité des concurrents, mais les nouveaux réglages s’apprécient notamment en ville, en offrant un excellent filtrage des irrégularités. Parallèlement, des crochets de renforts sont désormais intégrés au bas des portières afin de contribuer à améliorer la rigidité du châssis (et le renfort de l’ensemble en cas de choc latéraux). Ainsi, la Model 3 révèle un comportement sur route sinueuse toujours dynamique, bien que Tesla semble avoir autorisé une prise de roulis un peu plus prononcée. Un excellent compromis donc. 

Un premier passage sur voie rapide permet également de se rendre compte de l’amélioration de l’insonorisation au travers de vitrages entièrement feuilletés (même le double toit panoramique) et de nouveaux joints insonorisants. Globalement, la conduite ne s’est jamais montrée aussi agréable. Certains défauts n’ont pas trouvé de solution en revanche. La rétrovision reste toujours aussi mauvaise. Et l’absence de bloc d’instrumentation ainsi que d’un affichage tête haute oblige toujours à tourner la tête vers l’écran central pour vérifier la vitesse à laquelle on circule. 

Tesla Model 3 – Toujours plus loin

L’autonomie quant à elle fait toujours office de référence avec une consommation imbattable, homologuée à 14 kWh/100 km en cycle mixte WLTP et constatée à 15,9 kWh/100 km en moyenne. Un appétit toujours plus mesuré que la concurrence (d’au moins 2 kWh/100 km) permettant de parcourir près de 500 km d’une seule charge sans la moindre angoisse. En détail, il est assez aisé de tomber à moins de 12 kWh / 100 km en ville sans trop d’effort d’écoconduite. Et évidemment, la consommation grimpe nettement sur voie rapide où nous avons constaté 20,6 kWh/100 km.

Petit bémol concernant le freinage régénératif, dont la puissance n’est réglable. Celui-ci permet de circuler en ville d’un seul pied, avec un minimum d’anticipation. Mais une fois sur route, nous aurions clairement apprécié de pouvoir régler son intensité au travers de palettes au volant. L’épuration à l’extrême n’est pas toujours très pertinente. Même si dans ces conditions l’Autopilot se révèle toujours aussi efficace pour se décontracter un peu.

En outre, le planificateur de voyage reste l’une des références en termes de précision, en optimisant très bien les temps de parcours. Toutes les bornes de recharges rapides sont désormais affichées, même si les Superchargeurs sont évidemment privilégiés. Logique, pour assumer la monstrueuse puissance de charge de 250 kW encourant continu (11 kW en alternatif). De quoi remonter le niveau de batterie de 20 à 80 % en à peine 25 minutes. C’est bien, même si les Hyundai Ioniq 6 et Kia EV6 font mieux avec leurs architectures 800 V.

Tesla Model 3 – Plus de bonus

En France, la principale rivale de la Model 3 est sans nul doute le Model Y qui profitera certainement aussi d’un prochain restylage. Il est clair que la carrosserie de SUV est bien plus en vogue et offre des avantages en termes d’habitabilité. En outre, contrairement à la Model 3 assemblée à Shanghai en Chine, le Model Y est produit à la gigafactory de Berlin en Allemagne, ce qui le rend toujours éligible au bonus écologique de 4.000 euros. Du moins dans sa version d’entrée de gamme Propulsion (pas d’aide gouvernementale au-delà de 47.000 euros) qui – une fois le bonus déduit – se positionne désormais 2.000 euros moins cher que la Model 3 affichée à partir de 42.990 euros.

La situation est différente pour les versions Grande Autonomie, qui n’étaient pas concernées par les aides gouvernementales. La Model 3 GA démarre en effet à partir de 50.990 euros (soit -1000 euros vs Model Y équivalent). L’offre se rééquilibre également face à la Model 3 Propulsion désormais elle aussi dépourvue de bonus. Il y a donc plus que jamais matière à réflexion…

Titre fiche technique

Fiche technique

Fiche technique

Modèle essayé : Tesla Model 3 Grande Autonomie
Dimensions L x l x h 4,72 x 1,85 x 1,44 m
Empattement 2,88 m
Volume mini / maxi du coffre 594 litres à l’arrière + 88 litres à l’avant
Poids à vide 1.828 kg
Moteurs Un moteur électrique par essieu
Puissance combinée 462 ch
Batterie 78,8 kWh
Consommation mixte 14 kWh/100 km en WLTP (15,9 kWh constatée)
Malus Aucun bonus ni de malus
Tarif 50.990 euros



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus