News & Reviews

la meilleure familiale électrique ?

11


Presque seule au monde dans sa catégorie, la Peugeot e-308 SW ambitionne de séduire les familles avec sa vaste soute à bagages. Malheureusement, elle conserve une polyvalence limitée du fait de sa batterie de 54 kWh n’offrant qu’un peu plus de 400 km d’autonomie. Alors est-ce que la recette du break électrique fonctionne réellement ?

Lancée quelques mois après la berline, la e-308 SW est l’un des seuls break électriques généralistes du marché, aux côtés de sa cousine l’Opel Astra Sports Tourer et de l’exotique MG 5. Il se place également en alternative à de nombreux crossover modernes, conçus à la base pour être 100% électriques.

Mais en détail, Renault ne peut pas vraiment lutter avec sa Megane E-Tech uniquement proposée en carrosserie compacte. En revanche Tesla frappe là où ça fait mal avec son Model Y actuellement affiché à partir de 42.990 euros en version de base (455 km d’autonomie). Un positionnement agressif qui a contraint le Lion à revoir ses tarifs à la baisse. La e-308 SW démarre à partir de 42.590 euros en finition Allure (avant déduction du bonus de 5.000 euros), soit exactement le même prix que la berline.

Un beau break !

Pourtant, Peugeot n’a pas fait les choses à moitié avec son break. Face à la berline, l’empattement est étiré de 5 cm au profit du look, de l’habitabilité et du comportement routier. Il faut également noter que le pavillon se situe 4 cm plus haut que ses équivalents thermiques. Les proportions restent néanmoins bien équilibrées et la silhouette élancée lui confère un dynamisme certains.

Un constat d’autant plus flagrant pour notre modèle d’essai muni de la finition haut de gamme GT se démarquant notamment par de grandes jantes de 18 pouces. Clairement, elle fait tourner les têtes avec son allure statutaire. C’est un joli break, d’apparence strictement identique aux versions thermiques.

Bon à savoir : anticiper l’achat et la revente.

Il est possible de connaitre la valeur de revente ou de reprise de votre véhicule grâce à la cote auto Turbo de votre Peugeot e-308, l’alternative à la côte Argus.

Un vrai déménageur

Cette approche esthétique n’empêche pas notre e-308 SW de se montrer particulièrement agréable à vivre. Nerf de la guerre chez les breaks, le volume de coffre modulable de 548 à 1.634 litres se révèle une excellente valeur. Surtout lorsque l’on considère la présence de la batterie dans le plancher qui condamne le double fond.

On apprécie également la hauteur contenue du seuil de chargement, ainsi que quelques détails pratiques comme les poignées permettant de rabattre d’un tournemain la banquette en deux parties. Toutefois, il ne faudra pas espérer rivaliser totalement avec un véhicule électrique développé sur une plateforme spécifique et disposant d’un coffre supplémentaire à l’avant…

Le constat est un peu moins flatteur aux places arrière, où l’espace ne manque pas au niveau de la garde au toit, mais s’avère particulièrement contenu du côté de l’espace aux jambes. Il faut reconnaitre que les sièges optionnels « Active Confort » sont particulièrement imposants et épais. C’est confortable en effet, mais ça se paye en termes d’habitabilité.

Presque premium ?

Cela dit, ces sièges contribuent réellement à l’ambiance haut de gamme. Notamment aux places avant, où l’on retrouve la dernière génération d’habitacle Peugeot, aussi technologique que raffiné avec son bloc d’instrumentation 3D et son grand système multimédia épaulé par des touches programmables. Assez ergonomique et plutôt chic pour le segment.

La finition GT ajoute une petite touche premium avec de beaux matériaux surpiqués en jaune fluo et une ambiance bleue tamisée. On est clairement dans l’univers de l’électrique. Il est tout de même nécessaire de composer avec le poste de conduite particulier imposé par le i-Cockpit. Le volant compact allié au bloc d’instrumentation déporté en hauteur ne conviendra pas à tout le monde.

Un peu juste en puissance ?

Sous le capot, on retrouve un bloc électrique de 156 ch et 270 Nm, accouplé à une batterie de 54 kWh offrant une autonomie théorique de 409 km en cycle mixte WLTP. Un peu juste face aux 60 kWh d’une Renault Megane E-Tech et 77 kWh d’une VW ID.3, qui on vous le rappelle ne sont pas proposées en versions break. Mais les alternatives existent avec la MG 5 tout d’abord qui annonce 61 kWh et éventuellement la Tesla Model Y – un crossover certes – proposée en 57 et 80 kWh.

Peugeot a tout de même fait les choses bien puisque le break 308 n’accuse qu’un léger surpoids de 32 kg face à la berline. Heureusement d’ailleurs car la batterie à elle seule pèse pas moins de 340 kg. Amenant le masse totale de la e-308 SW à 1.716 kg sur la balance.

En pratique, nous nous sommes approché très près des valeurs de consommation homologuées (15,8 kWh/100 km) puisque celle-ci s’est établie autour de 13 kWh/100 km en ville avec une bonne écoconduite, et à un peu plus de 18,5 kWh/100 km à l’issue d’un parcours plus exigeant intégrant une partie de voie rapide à 23 kWh/100 km. En somme, l’autonomie annoncée est un peu optimiste, et il ne faudra pas espérer dépasser 250 km d’une seule charge pour un usage uniquement autoroutier. Evidemment, le bilan sera moins bon avec le coffre le chargé et toute la petite famille à bord.

Une lionne aux crocs affutés

Finalement, tout n’est encore qu’une histoire de compromis avec l’électrique actuellement. Augmenter le rayon d’action de notre e-308 SW aurait contraint Peugeot à intégrer une plus grosse batterie, et donc composer avec un poids encore plus élevé. Une masse déjà importante au regard de la puissance, qui ne pénalise pas vraiment les performances toutefois : le 0 à 100 km/h est effectué en 10,7 s en mode Sport, soit 2 dixièmes de moins que la version Diesel 1.5 BlueHDI 130 ch. La souplesse de l’électrique fait le reste en offrant comme toujours des reprises sans inertie.

Un tel poids implique tout de même quelques optimisations niveau châssis. En effet, la e-308 SW se montre assez ferme en suspension. Et pour cause, celui-ci a été légèrement affermi pour contenir les mouvements de caisse. Ainsi, le confort n’est pas aidé par les grandes jantes de 18 pouces. En revanche, on retrouve avec plaisir l’agilité légendaire des modèles au Lion, avec une prise de roulis bien contenue et un équilibre parfait. Aucun effet sac à dos. L’ensemble se veut plutôt dynamique avec une conduite relativement précise malgré le volant compact privilégiant les sensations.

Au terme de cet essai, il convient également de s’intéresser à la capacité de charge limitée à 11 kW en courant alternatif et à 100 kW en continu. Cela correspond à respectivement 3h10 et 27 minutes de charge pour passer de 20 à 80%. Pas au niveau des références donc, mais cela reste tout à fait acceptable.

Titre fiche technique

Fiche technique

Fiche technique

Modèle essayé : Peugeot e-308 SW
Dimensions L x l x h 4,64 x 1,85 x 1,44 m
Empattement 2,73 m
Volume mini / maxi du coffre 548 à 1.634 litres
Poids à vide 1.716 kg
Moteur Electrique
Puissance 156 ch
Couple 270 Nm
0 à 100 km/h 10,7s
Capacité de la batterie 54 kWh
Consommation Constatée autour de 18,5 kWh en moyenne
Prix à partir de 42590 euros



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus