News & Reviews

Joe Biden va-t-il faire marche arrière sur la voiture électrique ?

11


GMC Sierra EV gamme

Aux États-Unis, les acteurs de l’industrie automobile ont demandé à l’administration Biden plus de temps pour passer au tout électrique. Ils veulent réduire leurs coûts de production et demandent la mise en place d’une infrastructure digne de ce nom. Joe Biden doit se plier à leurs exigences s’il veut être réélu.

Plus de temps pour passer au tout électrique ?

Aux États-Unis, les ventes de voitures électriques peinent à décoller. Elles n’ont représenté que 7,6 % de l’ensemble des immatriculations sur le marché américain en 2023. Un résultat assez faible et surtout très éloigné des projections de l’EPA (Environmental Protection Agency). L’agence américaine prévoyait que les voitures électriques représentent 67 % des ventes totales pour les véhicules légers en 2032.

Les constructeurs automobiles ont demandé à l’administration Biden de revoir ces projections à la baisse. Selon le New York Times, le gouvernement américain pourrait assouplir certains éléments de son plan initial sur les voitures électriques. Selon trois informateurs au fait du sujet, la stratégie la plus ambitieuse jamais instaurée dans le pays pour lutter contre le changement climatique risque donc d’être rabotée.


À lire aussi
Joe Biden fait des voitures électriques un élément central de sa réélection

Au lieu d’exiger des constructeurs automobiles qu’ils augmentent rapidement leurs ventes sur les véhicules électriques au cours des dix prochaines années, l’administration Biden devrait leur donner plus de temps. Le président américain est confronté à des « vents contraires » dans le cadre de sa campagne de réélection. S’il veut continuer de montrer son engagement pour le climat, il doit aussi faire des concessions.

Joe Biden doit faire des concessions pour être réélu

En effet, il a tout particulièrement besoin de la coopération de l’industrie automobile et du soutien politique des travailleurs syndiqués de l’UAW (United Auto Workers). Ils l’ont soutenu en 2020 mais craignent aujourd’hui qu’une transition brutale vers les véhicules électriques « ne soit synonyme de perte d’emplois ».

En face, Donald Trump nourrit leurs craintes et assure que le passage à l’électrique va leur faire perdre leur job. Il remet totalement en cause la viabilité du marché des véhicules électriques.

Conscient des difficultés que pose la transition vers un passage au tout électrique, le syndicat américain a fait pression sur Joe Biden pour qu’il « leur accorde plus de temps ». En échange, ils promettent de le soutenir. Et ce soutien du monde automobile sera crucial pour le président-candidat dans le cadre de sa campagne.

Il faut bien reconnaître que la demande n’a pas été à la hauteur des espérances des constructeurs automobiles en 2023. Il y a encore deux points bloquants majeurs dans le pays : le coût élevé de ces modèles et la rareté des stations de recharge. Les nouvelles directives pourraient laisser « jusqu’à 2030 » aux acteurs de l’industrie avant d’accélérer sur l’électrique. Une stratégie qui risque de créer un déséquilibre au niveau mondial.

Un désastre écologique à venir ?

En effet, les scientifiques affirment que « chaque année compte dans les efforts déployés par les gouvernements pour empêcher la planète de basculer dans des catastrophes climatiques plus meurtrières et plus coûteuses ». Ali Zaidi, conseiller principal de Joe Biden en matière de climat, n’a encore rien dit. Il a d’ailleurs refusé de commenter les détails de cette évolution potentielle.

Selon James Glynn, chercheur principal au Center on Global Energy Policy de l’université de Columbia, « le réchauffement sera plus rapide si les émissions des transports américains ne diminuent pas avant 2030 ». Nous savons désormais à quoi nous attendre. Toutefois, les experts sont lucides. Étant donné l’état actuel des choses, ils s’accordent pour dire que Joe Biden ne pourra probablement pas atteindre son objectif climatique.


À lire aussi
Pourquoi les voitures électriques deviennent-elles un sujet électoral majeur ?

Initialement, le président américain souhaitait réduire de moitié les émissions de CO2 du pays d’ici à 2030 et les éliminer totalement d’ici à 2050. Un objectif que tous les pays devraient chercher à atteindre pour éviter les effets les plus catastrophiques du changement climatique. Mais cela semble compliqué.



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus