News & Reviews

Franck a troqué son Volvo XC90 hybride rechargeable pour un Kia EV9

15


Voiture emblématique de cette fin d’année 2023, le Kia EV9 commence à faire son apparition sur nos routes. J’ai été rencontré Franck Bellot à Compiègne, qui a justement pris possession du sien. Après un Volvo XC90 T8 hybride rechargeable, il a opté pour ce gros modèle 100 % électrique, et il en est ravi !

Premiers pas sur un modèle électrique en 2018

Franck Bellot, 57 ans, se décrit comme « geek, ingénieur informatique dans l’âme et grand fan de domotique ». Il travaille comme Digital Manufacturing BPO & Deployment Manager pour un industriel de l’Oise, à Compiègne. S’il aime autant les voitures électriques, c’est avant tout pour sa passion de l’innovation. J’ai pu le constater très vite : Franck s’intéresse à toutes les dernières technologies et il les maîtrise.

Le premier véhicule électrique est arrivé en 2018 dans la famille. Après avoir hésité entre la Renault Zoé et le modèle la Kia e-Soul, Franck et sa femme avaient opté pour le modèle électrique sud-coréen. Une première expérience concluante. « Quand on a goûté à l’électrique, on ne peut pas revenir en arrière » me précise Franck. Et c’est effectivement le constat que font la plupart des propriétaires de voitures électriques.


À lire aussi
Témoignage – Claude a alimenté sa maison en électricité avec sa Kia EV6 après la tempête Ciaran

Lancée en 2014 avec le statut de « premier crossover électrique au monde », la Kia e-Soul de Franck ne disposait finalement pas d’autonomie suffisante. Ils décident rapidement de changer pour passer sur… une Kia e-Soul. Mais sur la troisième génération cette fois-ci. Un modèle qui peut parcourir environ 380 kilomètres. C’est « plus confortable », me dit-il. En parallèle, Franck possède un Volvo XC90 T8 hybride rechargeable.

Le remplacement du XC90 hybride rechargeable

En 2023, il décide de s’en séparer et entame ses recherches pour faire basculer le foyer vers deux modèles 100 % électriques. Son idée de départ est claire : il veut rester chez Volvo. Il a apprécié son expérience avec le gros SUV hybride rechargeable et a déjà entendu parler de l’arrivée « prochaine » du Volvo EX90, le pendant électrique de son modèle actuel. C’est son premier choix et il se met en quête d’informations pour précommander le véhicule.

Avec ses deux gros chiens et sa passion pour l’aéromodélisme, il a absolument besoin d’un gros véhicule. Sur le papier, l’EX90 peut convenir. Mais au fil de ses recherches, Franck commence à comprendre que le modèle ne verra pas le jour avant un petit moment. Au moment où j’écris ces lignes, il n’est d’ailleurs toujours pas commercialisé. En creusant, il s’aperçoit aussi que dans la configuration qu’il souhaite, cet EX90 pourrait lui coûter près de 120 000 euros.


À lire aussi
Les livraisons du Volvo EX90 retardées à cause de l’intégration des capteurs LiDAR

Le prix très élevé, l’attente interminable et une série de petits défauts identifiés ont poussé le quinquagénaire à abandonner Volvo. Pas convaincu par les offres chez BMW, Audi et Mercedes, il continue ses recherches sur le web (en particulier sur Automobile Propre, comme Franck me l’a dit), et comprend que Kia va aussi sortir un gros modèle 100 % électrique équivalent à l’EX90. En tant que fan de voitures cubiques et fin connaisseur de la marque Kia, il s’intéresse à l’EV9.

Pourquoi le Kia EV9 plutôt que le Volvo EX90 ?

Il a vite compris que le modèle pourrait correspondre à ses attentes. En mai 2023, il prend contact avec son concessionnaire Kia à Compiègne. À l’époque, les équipes de vente connaissaient encore assez mal le modèle puisqu’il n’était pas encore arrivé dans les points de vente. Franck a tout de suite adoré le design et les fonctionnalités offertes par l’EV9. Mais il voulait absolument connaître les dimensions précises de l’habitacle. Un conseiller a finalement réussi à lui trouver cette information.

Bingo : ça colle avec ce que Franck recherche. Il passe commande pour une livraison fin novembre 2023 en imaginant que le délai serait sûrement beaucoup plus long. Mais son Kia EV9 arrive finalement début décembre. En trois mois, il a parcouru environ 8 000 kilomètres avec son SUV électrique et il en est ravi. Il a choisi un Kia EV9 GT Line 385 ch, 4×4, avec une batterie de 99,8 kWh à 86 000 euros. La version la plus haut de gamme de l’EV9.

Quand je lui demande ce qu’il préfère sur son nouveau modèle, il me parle tout de suite de l’habitabilité et du silence à bord. Il me dit sans détour qu’il n’a jamais connu un tel niveau de confort : « aucun bruit de roulement, aucun sifflement, c’est impressionnant ». Il apprécie également la réactivité de l’EV9 avec son couple de 700 Nm. Franck me confie que la fonctionnalité de charge bidirectionnelle dont dispose le modèle a aussi été déterminante.


À lire aussi
Face au succès du Kia EV9, la Hyundai Ioniq 7 pourrait être rebaptisée Ioniq 9

Des fonctionnalités qui font la différence sur le Kia EV9

Le Kia EV9 est en effet équipé de la technologie Vehicle-to-Grid (V2G) qui permet de redistribuer l’énergie de la batterie au réseau. C’est un sujet qui l’intéresse beaucoup, mais il ne s’en sert pas. Il m’explique qu’il ne « trouve pas de chargeurs compatibles ». C’est toutefois une fonctionnalité d’avenir selon lui, il est convaincu que cela « sera très utile aux propriétaires de véhicules électriques ». Il trouve en revanche que « la France est en retard » sur le sujet.

Il estime à 20 % les économies énergétiques qu’il pourrait faire grâce au V2G. Franck apprécie également la fonctionnalité de clé numérique proposée par Kia. Une technologie qui permet de déverrouiller le véhicule et de le démarrer grâce à son smartphone. Une fois dans sa voiture, il doit juste mettre son empreinte digitale à un endroit pré-défini au niveau de la console centrale pour démarrer le moteur électrique. Un système « très pratique », selon lui.

Une autonomie largement suffisante

Depuis qu’il possède son EV9, il n’a fait face qu’à une seule difficulté sur un trajet Compiègne-Caen. Il avait planifié une recharge dans une station de Superchargeurs Tesla, mais cela n’a pas fonctionné. Un problème connu selon la marque sud-coréenne. Tesla doit encore mettre à jour le logiciel de ses chargeurs pour que d’autres modèles puissent accéder aux bornes et se charger correctement.

Suite à cet échec, il a trouvé un chargeur ultra-rapide de 350 kW à proximité de Caen. L’occasion de tester les capacités de son EV9. Le modèle a encaissé jusqu’à 210 kW, ce qui est satisfaisant selon Franck. L’ingénieur du nord nous a aussi parlé de sa consommation. En mixte (urbain, péri-urbain et autoroute), Franck consomme environ 23 kWh/100 km. Quand il ne fait que de l’autoroute, il atteint les 28 kWh/100 km. Mais « cela reste très correct pour un gros modèle », selon lui.

Niveau autonomie, il fait approximativement 460 km avec une seule charge en utilisation mixte (et en hiver). Une distance assez proche de celle promise par la marque qui annonce 505 km pour la version GT Line de son modèle. Quand je lui demande s’il est déçu de cette légère différence, Franck me répond que non et qu’il s’attendait à peu près à cela. Il estime avoir trouvé un véhicule électrique « bien adapté » à son usage et qui répond à ses différents besoins.



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus