News & Reviews

ESSAI – Mercedes GLC Coupé : irrationnel ?

15


Dans sa catégorie, le GLC fait aujourd’hui office de référence en matière de confort et de technologies embarquées. La version Coupé se veut quant à elle plus exclusive, en misant simplement sur un design plus dynamique, au dépend de certains aspects pratiques. D’autant que Mercedes n’hésite pas à facturer cher cette recette. Alors, est-ce vraiment bien raisonnable ?

Le GLC est incontestablement l’un des best-sellers de Mercedes. Proposé en version classique et Coupé, c’est l’un des modèles les mieux taillé du catalogue pour répondre aux besoin du plus grand nombre. En outre, il ouvre l’accès à de nombreux équipements haut de gamme, la plupart du temps réservés aux segments supérieurs chez les concurrents. Un parfait compromis en somme.

Bon à savoir : anticiper l’achat et la revente.

Il est possible de connaitre la valeur de revente ou de reprise de votre véhicule grâce à la cote auto Turbo de votre Mercedes GLC, l’alternative à la côte Argus.

Plus Coupé que jamais

C’est donc fort du succès de la première génération que l’Etoile renouvelle son modèle phare, en allant un peu plus loin dans le concept. En effet, si seul un œil averti saura reconnaitre le nouveau GLC, les choses sont beaucoup plus évidentes en ce qui concerne la version Coupé qui adopte une chute de pavillon bien plus prononcée que sur la première génération.

Le dynamisme est renforcé et c’est également à mettre au crédit des proportions. Avec 4,76 m de long, le CLC Coupé s’étire de 3 cm par rapport à son prédécesseur. Il est ainsi 5 cm plus long que le GLC classique actuel, avec qui il partage le même regard élégant. Même constat pour les optiques arrière désormais reliées par un bandeau (non lumineux) qui contribuent clairement à la fluidité des lignes. 

Il faut noter enfin que la version Coupé n’est proposée qu’en une seule finition : AMG Line. Il profite ainsi obligatoirement d’un kit carrosserie spécifique et de jantes de grand diamètre, asseyant encore sa prestance naturelle.

Pas beaucoup moins habitable !

Attaquons directement dans le vif du sujet. Contrairement à ce que sa silhouette pourrait laisser penser, le GLC Coupé ne perd que 75 litres de volume de coffre (545 litres) vis-à-vis du GLC classique. Evidemment, cette mesure s’effectue sous tablette et il ne faudra pas compter sur la même hauteur de chargement. En outre, cette capacité est réduite à 390 litres en ce qui concerne les versions hybrides rechargeables abritant leur énorme batterie sous le plancher. Là ça commence à faire un peu juste pour un véhicule de ce segment.

Avec une telle chute de pavillon, l’accueil est également un peu moins généreux pour les passagers des places arrière. L’espace aux jambes ne manque pas, mais la garde au toit deviendra un peu limite pour ceux mesurant plus d’1,85 m. Il sera également préférable de partager la banquette à deux, à cause de l’imposant tunnel de transmission.

A l’avant enfin, on retrouve tout simplement le mobilier du GLC et donc de la Classe C, considéré comme l’une des références de la catégorie en termes de design et d’ergonomie. Le bloc d’instrumentation numérique de 12,3 pouces est épaulé par un grand écran vertical de 11,9 pouces, très pratique pour afficher en grand la navigation ou encore les caméras de stationnement, indispensables tant la rétrovision est nulle à cause de la meurtrière faisant office de lunette arrière. Dommage que Mercedes gâche un peu le tableau avec des finitions parfois décevantes, et surtout des matériaux pas vraiment valorisants, à l’image du faux carbone qui inonde l’habitacle. 

Mercedes GLC, le SUV premium le plus vendu au monde – Essai TURBO du 08/01/2023

300e : un vrai chameau ! 

Mercedes propose un large éventail de motorisations, allant du petit bloc essence micro-hybride 48V de 204 ch à l’impressionnante usine à gaz de 680 ch qui anime la version 63 AMG. Mais si nous avions opté pour le plus économique (Diesel 200d de 197 ch) lors de l’essai de la version classique, nous avons cette fois privilégié l’hybride rechargeable 300e au volant du GLC Coupé. 

Au programme, le quatre cylindres essence 2.0 litres turbo de 204 ch est épaulé par un bloc électrique de 136 ch pour une puissance cumulée de 313 ch et un couple maxi de 550 Nm. De quoi abattre le 0 à 100 km/h en seulement 6,7 secondes.

Mais l’intérêt premier de cette motorisation 300e est son autonomie record. Fort d’une énorme batterie de 31,2 kWh de capacité – soit davantage que certaines citadines 100% électriques – notre GLC Coupé prétend pouvoir parcourir plus de 130 km d’une seule charge ! Et en pratique, nous avons frôlé les 100 km en mode zéro émission sans trop d’effort d’écoconduite. En outre, le système accepte une charge de 11 kW en alternatif et de 60 kW en courant continu. De quoi ravitailler en un éclair.

C’est d’ailleurs préférable car, si la consommation de carburant peut facilement être contenue sous 5 l/100 km en moyenne en mode Hybride, celle-ci peut tout aussi aisément s’approcher des 10 l/100 km une fois la batterie vide. Il n’y a pas de secret avec une batterie de 400 kg à transporter (2.360 kg au total).

Cela dit, même dans ces conditions, le moteur thermique se révèle à la hauteur. Seul son agrément diffère en fonction du rythme imposé : très doux et silencieux à allure modérée, il se révèle assez bruyant et rugueux lorsqu’on le sollicite un peu trop. Heureusement l’insonorisation de l’habitacle est excellente. Mais il a tout de même de quoi ouvrir à la réflexion : pourquoi ne pas s’orienter plutôt vers l’hybride rechargeable Diesel 300de offrant un appétit nettement plus mesuré ?

Plus dynamique que le GLC ?

On pourrait penser que le GLC Coupé profite d’un châssis légèrement plus affuté que le classique. Mais il n’en est rien, et c’est une excellente chose ! En effet, les deux modèles à l’Etoile brillent par leur confort exceptionnel pour la catégorie. Surtout lorsqu’ils profitent comme notre modèle d’essai du Pack dynamique (3.400 euros) incluant les roues arrière directrices et l’amortissement pneumatique, une option particulièrement rare dans ce segment.

La combinaison de ces deux équipements permet un moelleux presque excessif en mode Confort, tout en assurant un bon maintien de caisse en mode Sport. Mais le positionnement est clair, l’ensemble se veut clairement en harmonie avec la mécanique, d’une grande douceur. Un choix très pertinent au regard du poids de l’engin.

Titre fiche technique

Fiche technique

Fiche technique

Modèle essayé : Mercedes GLC Coupé 300e
Dimensions L x l x h 4,76 x 1,89 x 1,61 m
Volume mini / maxi du coffre 390 (PHEV) à 1335 litres
Empattement 2,89 m
Poids à vide 2.360 kg
Moteur Quatre cylindres 2.0 litres turbo (204 ch) + élecrique (136 ch)
Puissance totale 313 ch
Boîte de vitesses 9G-Tronic
Capacité Batterie 31,2 kWh
Autonomie en 100% électrique 131 km mixte en WLTP (constatée autour de 100 km)
Tarif à partir de 68.700 euros (82.500 euros en 300e)



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus