News & Reviews

ESSAI – Jaguar F-Type P450 (2023), un Paris-Cabourg pour lui dire adieu

66


C’est certes un peu cliché, mais la Jaguar F-Type est une vraie GT britannique qui se prête bien à l’exercice. A savoir, partir quelques jours sur la côte, dans un confort raisonnable mais avec des performances et des prestations sportives dignes de ce nom. Alors quoi de mieux pour vérifier que de l’emmener deux jours à Cabourg. D’autant que c’est une bonne manière de la laisser partir.

C’est la fin. Un Coupé avec un V8, c’est déjà rare. Mais cela va l’être de plus en plus. Et pour cause, nous allons perdre une des prétendantes dans ce segment puisque Jaguar va prochainement arrêter la F-Type, tout en sachant que sa remplaçante sera 100% électrique. Sur le papier, ce n’est pas forcément une horrible nouvelle. L’industrie automobile va dans ce sens… et nous n’y pouvons pas grand-chose. Mais là, c’est un V8 de 5,0 litres de cylindrée équipé d’un superchargeur pour assurer la suralimentation qui va s’éteindre pour de bon. Là, on peut accuser le coup et prendre cinq minutes pour réfléchir. En fait non. On saute à bord et on roule, direction la côte Normande pour prendre un bol d’air et dire au revoir à cette auto envoutante.

On reprend les bases : notre bolide est une Jaguar F-Type P450 AWD, équipée du V8 Supercharged de 5,0 litres de cylindrée qui développe 450 chevaux et 580 Nm de couple maxi. Voilà qui n’annonce rien de terrifiant face aux supercars modernes ou même face aux berlines 100% électriques de chez BMW, Mercedes ou Porsche. Mais cela semble parfait pour profiter de performances plus que suffisantes, sans aller dans l’excès des supercars. Autrement dit, on pourrait même penser que l’on arriverait à utiliser tous les équidés qui se cachent sous le capot. Si on fait le point, cela donne un 0 à 100 km/h avalé en 4,4 secondes et une vitesse de pointe de 285 km/h. Pas mal pour une GT. Il est temps de mettre le pied à l’étrier.


Jaguar F-Type P450 (2023)

La poupe de cette anglaise est sans doute ce qui impressionne le plus… elle en impose !

Bon à savoir : anticiper l’achat et la revente.

Il est possible de connaitre la valeur de revente ou de reprise de votre véhicule grâce à la cote auto Turbo de votre Jaguar F-Type, l’alternative à la côte Argus.

Réveil du Lion

Le coupé de Coventry affiche un look très britannique. Et pour cause, il est signé Ian Callum. L’élégance se mêle à la sportivité… et c’est pareil lorsque l’on entend le bruit du V8. Là aussi c’est très anglo-saxon. Pour le premier démarrage, on ne résiste pas : on met le contact, on baisse la gâchette sur la console centrale pour passer en mode sport, une légère pression du pied droit sur l’accélérateur, puis on appuie sur le bouton « START ». Impossible de ne pas tomber sous le charme de cette sonorité rocailleuse, bien grave, d’autant plus à froid.

On en profite puisqu’on est bien installé dans cette F-Type. Les sièges offrent un bon maintien, même si la position est assez basse, et les matériaux qui nous entourent sont de bonne facture. Alcantara, cuir, fibres de carbone… même les quelques plastics ne font pas tâche dans cet habitacle. Le système audio signé Meridian contribue également à ce confort général. Le toit panoramique fixe apporte beaucoup de lumière (option à 1.200 euros), et se rend d’ailleurs presque indispensable pour éviter de se sentir trop enfermé. Pas de place pour les enfants à l’arrière, la F-Type est une stricte deux places, mais le coffre est relativement généreux. Avec 338 litres disponibles, il y a facilement de quoi loger quelques sacs de voyage pour partir en long weekend à deux. Mon sac à dos pour deux jours se sentait bien seul dans tout cet espace. Mais une fois bien calé, direction l’A13… en route pour Cabourg.


Jaguar F-Type P450 (2023)

C’est par ces quatre canules d’échappement orientées légèrement vers le haut que le V8 donne de la voix dès qu’il peut !

Elle sirote, mais elle préfère chanter

Si on se fie aux apparences, la F-Type n’est pas vraiment la meilleure des voyageuses. Et pourtant, surtout dans notre version P450 AWD, sa vocation n’est pas d’aller sur les circuits, bien qu’elle ne s’y sentirait pas mal non plus, mais bien sur les routes, pour cruiser, tout en mettant dans le vent la plupart des autos ou des gros SUV que vous croiserez. Le mode Dynamic la rend légèrement trop ferme. Mieux vaut garder cela pour les routes au macadam qui ressemble à un billard, sauf si vous voulez sentir la moindre petite bosse. Mais en mode Normal, vous apprécierez le confort de cette auto capable d’avaler des kilomètres sans trop broncher, et même sans trop de bruit une fois les clapets de l’échappement fermés. La boîte ZF à 8 rapports n’est pas forcément la plus radicale dans le segment, mais elle suffit pour jouer de la palette et faire « mumuse » avec le V8, tout comme elle rend la F-Type assez docile en conduite souple.

Dans ce cas-là, sur autoroute à allure réglementaire, même avec un imposant V8, la consommation se stabilise autour de 9,5 litres/100 kilomètres. On peut pousser à 10 ou 11 litres/100 km en haussant le rythme, mais rien d’anormal compte tenu des performances de l’auto. La santé de votre carte bleue pourrait s’aggraver en revanche lorsque le parcours est sinueux et que vous enclenchez le mode Dynamic, tout en commençant à taquiner les palettes. Là, difficile de passer sous les 15 litres/100 kilomètres… Mais cela vaut le coup.

Cabriolets sportifs, du tremplin vers les étoiles – Comparatif TURBO du 28/03/2021


Jaguar F-Type P450 (2023)

Une ligne aussi simple qu’efficace, pour faire tourner les têtes.

Voiture engageante et attachante

Deux pressions sur la palette de gauche, deux rapports tombent et le V8 commence à grogner. Pied au plancher, la réponse ne se fait pas attendre. La relance est vigoureuse, et donne presque à chaque fois… un orgasme sonore ! N’ayons pas peur des mots. C’est toujours la même rengaine, surtout lorsque l’on passe le rapport supérieur proche de la zone rouge, ce qui produit un crépitement caractéristique qui nous fait sourire, voire rire. Bref, ça file la banane.

Quand le parcours devient plus sinueux, on en profite pour mettre à l’épreuve les capacités dynamiques de ce Coupé de Coventry. Rapidement, on ressent un train avant qui manque de précision, et quelques remontées de couple dans le volant de notre modèle équipé de la transmission intégrale. Toutefois, celle-ci a tout de même le mérite d’être légèrement plus efficace et d’offrir un peu de sécurité. Sans compter que même ainsi, le train arrière peut se montrer joueur. En revanche, les réactions peuvent être plus inattendues que la version en pure propulsion. Comprenez que si vous dépassez les bornes, cela peut être plus brutal.


Jaguar F-Type P450 (2023)

L’intérieur est sobre, mais de bonne qualité. Le confort général nous fait rapidement oublier quelques toutes petites fausses notes.

Tarif alléchant… mais malus repoussant

Proposée à partir de 72.400 euros avec un 4 cylindres de 300 chevaux sous le capot, il faudra en débourser 106.200 euros au minimum pour s’offrir les services d’un V8 Supercharged de 5,0 litres. Notre modèle d’essai équipé des 4 roues motrices est lui proposé à 116.200 euros. Voilà qui réserve ce genre d’auto à une toute petite partie de la population, mais qui lui permet d’être moins chère de 30.000 euros que son équivalent chez Porsche, une 911 Carrera 4S qui propose en revanche deux petites places supplémentaires.

Restera encore une Mercedes-AMG SL 43 bien moins puissante, mais qui coûte également 30.000 euros de plus, tout en ayant l’avantage de proposer des balades cheveux au vent, mais avec moitié moins de cylindre… donc moitié moins de noblesse mécanique. Mais forcément, elle devient réellement hors de prix dès lors que l’on ajoute les 50.000 euros de Malus. Aie !


Jaguar F-Type P450 (2023)

Un long capot qui cache un gros moteur : de quoi sourire en ces temps où les blocs sont de plus en plus petit.

Titre fiche technique

FIche technique

Fiche technique

Modèle essayé :
Dimensions L x l x h 4.47 / 1.92 / 1.31
Volume mini / maxi du coffre 338 litres
Empattement 2,62 mètres
Poids à vide 1.890 kg
Cylindrée du moteur thermique V8 Supercharged de 5,0 litres
Boîte de vitesses automatique ZF à 8 rapports
Moteur électrique
Puissance totale 450 chevaux
Couple maxi 580 Nm



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus