News & Reviews

ESSAI de la micro-citadine électrique à l’italienne

6



FIAT Topolino

Ou comment résumer le quadricycle électrique en quelques mots. La très attendue voiturette sans permis la joue 100% italienne, avec son style à faire tourner toutes les têtes. Le tout en reprenant les qualités (et les limites) de son aînée Citroën Ami. C’est parti pour notre essai de la Fiat Topolino, en plein cœur de Paris.

Il faut bien l’avouer, on les aime bien, ces petites voiturettes électriques chez Automobile Propre. Après la belle Citroën Ami Buggy II et son look baroudeur, on découvre enfin la version italienne Fiat Topolino. Au programme : une expérience familière avec les mêmes performances, et la même base technique. Son atout ? Un véritable petit look vintage à l’italienne, qui ne passe pas inaperçu sur la route. Suffisant pour en valoir le coût ? On vous laisse juger par vous-mêmes !

La Fiat Topolino côté look : esprit 500 originelle

Après tout, c’est à elle qu’elle doit son nom. La nouvelle Fiat Topolino s’inspire en effet de son aïeule de 1936 pour son appellation… Et la Nuova 500 de 1957 pour son design. Le quadricycle électrique en reprend donc les codes esthétiques, à l’avant comme à l’arrière. Car oui, contrairement à la Citroën Ami et ses blocs parfaitement symétriques, cette Topolino s’autorise des éléments de carrosserie distincts. À l’avant, on retrouve cette petite bouille mignonne portée par ses feux ronds. Le museau arbore fièrement le logo Fiat, et le nom « Topolino » discrètement embossé dans le plastique. À l’arrière, ce sont les petits feux verticaux qui bouclent l’identité de l’engin. Mais attention : c’est dans les détails que le charme se poursuit. Drapeau italien sur chaque portière, rétroviseurs ronds, enjoliveurs pleins… Sans oublier le beau porte-bagage chromé qui vient sublimer l’ensemble.

Enfin, la ligne qui prolonge la ceinture de caisse et mime un capot, rappelle, elle aussi, la Nuova 500. « Comme c’est mignon ! », « C’est chic, dites donc », nous confient les nombreux curieux qui tournent autour de notre modèle d’essai. Passé le charme de la Fiat Topolino, on retrouve une partie supérieure familière. Toit rigide, surfaces vitrées, mécanisme de portières : c’est une Ami. Design oblige, la voiture électrique est cependant un poil plus longue que la française chevronnée. Ses dimensions : 2,53 m de long (soit 12 cm de plus tout de même), 1,40 m de large, 1,53 m de haut. L’empattement reste bien entendu le même, à 1,73 m. Cette Topolino reste donc tout aussi compacte et facile en milieu urbain. Assemblages et finitions sont impeccables de bout en bout. Des inserts extérieurs jusqu’à l’éclairage LED, le quadricycle électrique est une vraie réussite.

À bord : une touche de charme

Et c’est à peu près tout ! La seule chose qui distingue l’intérieur de la Fiat Topolino de l’Ami, c’est son compartiment « Dolce Vita Box » à l’avant. Cet espace de rangement, qui occupe la partie supérieure de la planche de bord, est quand même joliment exécuté. À défaut d’être ultra-pratique, il arbore un beau motif rayé, et des petites attaches façon cuir marron. Avouons que cela rend l’intérieur un peu plus chaleureux. Les lanières et la casquette de compteur, de couleur crème/blanc, contribuent également à revisiter l’ambiance à bord. Pour le reste, seul le logo Fiat sur le volant indique l’origine transalpine de la voiturette. On s’installe à bord des mêmes sièges (réglable en profondeur pour le conducteur), dans le même environnement. Commande de boîte et de ventilation au centre, support pour smartphone, crochet pour sac, tout y est.

Et pour compenser la capacité d’emport limitée, le confortable espace devant les jambes du passager est toujours disponible. Au volant, le confort reste suffisant pour les petits trajets en ville du quotidien. Naturellement assez ferme, la Fiat Topolino n’est donc pas désagréable pour autant. Les commandes à bord restent simples et réactives, pas de changement de ce côté-là. Clignotants, essuie-glaces, port USB, feux de détresse et avertisseur sonore restent donc inchangés eux aussi. Accessible dès 14 ans, la Topolino conserve une approche des plus intuitives, et c’est tant mieux.


À lire aussi
Comparatif – Ligier Myli vs Citroën Ami : conflit sans permis

Performances : toujours aussi urbaine

Forcément, on va vous reparler de l’Ami. Tout comme elle, cette Fiat Topolino se commande depuis les boutons au centre. Marche avant, neutre, marche arrière. Une fois sur la route, l’expérience est la même : c’est plus sécurisant qu’un scooter, moins confortable qu’une voiture. La faute aux inévitables vibrations et autres bruits omniprésents. Le quadricycle électrique n’en reste pas moins efficace et remplit son rôle. On se faufile très aisément dans la circulation urbaine, non sans réactivité à chaque sollicitation de la pédale de droite. Le moteur électrique de 6 kW (mais 9 kW en crête !), soit 8,15 ch, nous emmène toujours jusqu’à 45 km/h. Vitesse maximale amplement suffisante dans les rues parisiennes où nous circulons de toute façon. En descente et vent dans le dos, on atteint même un impressionnant 47 km/h compteur s’il vous plaît.

Blague à part, la FIAT Topolino ne révolutionne donc pas les performances d’une voiturette sans permis, mais fait parfaitement son travail. La maniabilité reste, elle aussi, la même, et c’est tant mieux. La charmante italienne braque court, et s’emmène facilement. Virages, demi-tours, et autres manœuvres de stationnement se font sans aucune difficulté. En particulier quand on peut profiter d’autant de surfaces vitrées tout autour de nous. Pour ce qui est du freinage, la Topolino s’arrête assez net et précis même en arrivant assez vite. Suffisamment en tout cas pour des arrêts maîtrisés en cas d’urgence.

Fiat Topolino : 9 890 € hors bonus

Enfin, au chapitre de l’alimentation, la micro-citadine électrique puise son énergie dans une batterie de 5,4 kWh. De quoi promettre une autonomie de 75 km, soit une consommation moyenne comprise entre 7 et 8 kWh/100 km. Une valeur réaliste en conditions normales, entre 30 et 45 km/h au quotidien. À moins d’avoir à parcourir des trajets exclusivement en montée, la Fiat Topolino parcourt aisément entre 65 et 70 km sur une seule charge. Ensuite, compter 4h de charge sur prise domestique. Le câble intégré à la voiturette bénéficie d’un petit passage dans la portière passager. Il ne lui manquerait plus qu’un enrouleur afin de parfaire la qualité perçue et l’aspect pratique de la recharge. Un câble Type 2 est également fourni, permettant de se brancher sur une borne. Simple, efficace.

En résumé, la Fiat Topolino nous propose l’expérience familière d’une Citroën Ami, le charme à l’italienne en plus. Toujours très passe-partout malgré ses quelques centimètres en plus, elle a pour elle son design très réussi. Un style Dolce Vita qui a tout de même un prix : à partir de 9 890 € hors bonus. Soit 1 900 € de plus que l’Ami de base ! Mais il faut bien l’avouer, un simple coup de cœur est vite arrivé, et aura raison de votre portefeuille. Pour ceux qui pensent location, l’offre est particulièrement alléchante. La Topolino est en effet proposée en LLD (sans option d’achat donc), au prix de 59€ par mois sur 36 mois ! Soit très exactement 2 124 € en 3 ans, avant de rendre le véhicule. Quant au premier loyer de 900 €, celui-ci est tout simplement couvert par le bonus écologique, pile-poil. Nous, on aurait du mal à résister. Et vous ?


À lire aussi
Opel tient ses promesses et présente le concept Rocks e-Xtreme issu du concours #OpelDesignHack






Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus