News & Reviews

En perte de vitesse, General Motors veut se relancer en Chine avec des modèles électriques de luxe

12


Cadillac Celestiq

Entre 2017 et 2023, les ventes de General Motors ont chuté de 50 % en Chine. Le groupe américain tente de se relancer avec l’arrivée de nouveaux modèles électriques de luxe.

Comment General Motors peut-il se relancer en Chine ?

Il n’y a pas si longtemps, General Motors faisait partie des grands constructeurs étrangers en Chine. Mais avec l’accélération du marché chinois, l’avénement des voitures électriques et l’éclosion de nombreuses start-ups spécialisées dans l’industrie automobile, la donne a changé. General Motors envisage un changement stratégique majeur en Chine, en se concentrant sur des modèles de luxe plutôt que sur des véhicules grand public.


À lire aussi
Selon les Etats-Unis, les voitures électriques chinoises pourraient envoyer des données à Pékin

Les ventes de GM ont atteint un pic à 4 millions d’unités en 2017, de quoi capter 14 % du marché local. Aujourd’hui, l’américain est plutôt loin de ce résultat historique, le score a été divisé par deux. Pendant plus d’une décennie, la Chine a été le plus grand marché du constructeur américain. En 2023, le groupe a vu ses bénéfices fondre comme neige au soleil en Chine. Ils sont passés de 2 milliards de dollars en 2017 à 446 millions de dollars l’année dernière, ce qui coïncide avec la forte baisse des ventes.

Le groupe mise sur Cadillac et des modèles électriques de luxe

Mais Mary Barra, la directrice générale de General Motors a une stratégie en tête. Elle compte bien inverser la tendance. Elle a déclaré que le marché chinois est « très différent de ce qu’il était il y a cinq ans ». Tout en confirmant que General Motors avait bien l’intention de se relancer sur un créneau « plutôt haut de gamme ».

Le groupe pourrait notamment déployer d’autres marques en Chine comme Chevrolet, Buick ou Cadillac. C’est le seul moyen de revenir dans la course selon Mary Barra. Selon les analystes, les véhicules électrifiés représenteront 38 % de toutes les nouvelles voitures vendues en Chine en 2024. General Motors a donc plutôt intérêt à se positionner sur ce marché.


À lire aussi
Le Tesla Cybertruck sera-t-il vendu en Chine ?

Pour Micheal Dunne, l’ancien président de General Motors en Indonésie, « Cadillac est la dernière ligne de défense pour GM. En Chine, il faut faire un choix : les modèles de luxe ou les voitures à bas prix ». La Cadillac Lyriq est déjà disponible en Chine depuis quelques mois. La marque devrait aussi commercialiser trois autres modèles en 2024 : les Optiq, Vistiq et Celestiq.

Avis de l’auteur

Avec l’arrivée de tous ces nouveaux constructeurs chinois, il n’est pas étonnant de voir General Motors être relégué au second plan. Malgré cette perte de vitesse, le groupe américain espère toujours pouvoir compter en Chine. Je pense personnellement que cela ne sera pas aussi si facile que veut le croire Mary Barra. Les consommateurs chinois ont changé d’état d’esprit. Difficile de faire des généralités, mais globalement les voitures américaines ne les font plus rêver. Ils veulent acheter chinois avant tout. Et cela pour plusieurs raisons : les voitures électriques chinoises répondent plus à leurs attentes en matière de nouvelles technologies et de connectivité et elles sont moins onéreuses. Sur le créneau du luxe et même avec une marque comme Cadillac, l’entreprise américaine va avoir du mal à retrouver son niveau de 2017.




Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus