News & Reviews

Des militants écologistes mettent le feu à une quinzaine de Tesla

29



À Francfort en Allemagne, une quinzaine de véhicules Tesla a été incendiée en marge du Salon de Munich. L’acte a, par la suite, été revendiqué via une lettre anonyme.

Depuis plus d’un an, certaines Tesla sont produites en Allemagne. C’est plus précisément le Model Y de la marque, qui est assemblé, en partie, à la Gigafactory de Berlin-Brandebourg. Une victoire pour Elon Musk, boss de la firme, mais sûrement pas pour les activistes écologistes allemands.

Marquer le coup pour le Salon de Munich

En marge du Salon IAA Mobility, une quinzaine de Tesla a pris feu sur le parking d’un concessionnaire basé à Francfort. Au total, 40 pompiers ont été déployés en pleine nuit, luttant contre les flammes pendant plus d’une heure.

Mais les gardiens du feu ont très vite éteint les doutes : les batteries de ces véhicules électriques ne sont pas la cause de l’incendie.

Finalement, les coupables se sont vite manifestés. Sur le site Indymedia, une lettre anonyme raconte : « L’IAA a eu lieu à Munich la semaine dernière. Une fois de plus, des entreprises de toutes sortes ont pu exposer leurs superbes voitures rutilantes (…) et se féliciter de leurs succès économiques. ».  

Avant de faire le parallèle avec l’inquiétante situation environnementale : « Dans un même temps, cet été, le feu éclate à nouveau, à Rhodes. Au Portugal. À Maui. (…) De nombreuses maisons sont inondées. En Slovénie ou en Autriche

« Une attaque parmi tant d’autres contre l’industrie automobile destructrice »

Les auteurs de la lettre ont ensuite revendiqué l’incendie : « C’est pourquoi nous avons flambé de nouvelles Tesla à Francfort ce soir. En guise de salutation aux manifestations à Munich. Il s’agit d’une attaque parmi tant d’autres contre l’industrie automobile destructrice. »

La firme d’Elon Musk n’a évidemment pas été choisie par hasard : « Tesla est l’un de nos plus grands ennemis. L’entreprise représente comme aucune autre l’idéologie du capitalisme vert et la destruction mondiale et coloniale en cours. »

Selon le journaliste bavarois Alex Voigt, spécialisé dans la mobilité électrique, la plateforme Indymedia sur laquelle la lettre a été publiée est « considérée par l’Office pour la protection de la Constitution comme un média central de la scène extrémiste de gauche allemande. »

La lettre comporte la signature « Switch Off – le système de destruction ! »



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus