News & Reviews

Comment faire pour vendre sa voiture de collection ou sa sportive récente hors marché ?

83


On se pose souvent la question d’acheter une voiture, mais, comment peuvent-elles être vendues ? Des plateformes permettent de faciliter la tâche des propriétaires et proposent des services sur-mesure. Exemple avec Carjager.com, spécialiste de la vente de sportives récentes et d’anciennes.

« Déjà, je vais sortir la voiture. » Dans la cour, une rare Austin Healey BN2 rouge de 1955 se présente. Derrière le volant, Pierre, retraité de 69 ans, domicilié dans le nord de la France, a décidé de s’en séparer et la vendre en passant par les services de Carjager.com.

« On s’est lancé en 2019, pour les gens qui cherchaient des autos anciennes et avaient vite fait le tour des annonces, raconte Vladimir Grudzinski, fondateur de Carjager. Dans le marché de la voiture ancienne et aussi de la GT, le plus gros stock de voitures disponibles à l’achat n’est pas visible, il est hors marché, dans des collections ou chez des particuliers. »

« Entre 60 et 80 photos »

Première étape à Illies (59) : trouver le bon spot pour illustrer l’annonce en photographiant la bête, retapée par Pierre, un passionné qui avait déboursé il y a trois ans 80 000 euros pour l’acquérir en Belgique puis la restaurer. Le shooting sera l’œuvre de Whamdi.b, engagé par la plateforme en ligne. « L’idée est de tout proposer aux futurs acheteurs sans qu’ils aient à se déplacer. Je vais la prendre en long, en large, en travers, avec quelques photos artistiques. Ça fera en tout entre 60 et 80 photos. »

C’est devant l’église du village que le roadster deux places, moteur tournant par 5 petits degrés, restera pendant une bonne heure. Whamdi.b manipule l’ensemble de ces objectifs pour réaliser les plus beaux clichés : calandre en éventail, coffre, compteur, échappement, soubassements…
 


Achat à distance en toute sécurité

« On a voulu traité la vente et l’achat sur le même niveau de service-client que le marché de la voiture neuve et d’occasion, poursuit le fondateur. Cela permet d’acheter en toute sécurité et à distance, parmi 12000 annonces. » Pierre a choisi la formule de Carjager avec photos, qui lui coûtera 6% du prix de la vente et 289 euros de frais annexes (photos, gestion d’annonce).

Le moteur 4 cylindres de l’Austin Healay 100 4 BN2 a équipé à peine 15 000 exemplaires. Le retraité défait la ceinture du capot, l’ouvre et le photographe poursuit son œuvre, profitant des éclaircies et de la lumière qui glisse sur une carrosserie intacte, bichonnée. Quelques défauts apparaissent, comme une éraflure sur le cuir du siège conducteur, qui sera visible sur le site. Ils prendront garde aussi à bien installer la capote sans griffer la peinture.

« Le principe est intéressant »

Les équipes de Carjager recevront ensuit les demandes de potentiels acheteurs, « ça permet de filtrer et d’organiser les rendez-vous. Cela évite les curieux qui veulent juste essayer la voiture et ne savent pas s’y prendre avec de tels modèles. Le principe est intéressant », se rassure Pierre. 

« C’est le meilleur moyen de la vendre au meilleur prix, sans s’en occuper. L’auto reste chez son propriétaire jusqu’à ce qu’elle soit vendue. On prend toutes les infos de la vie de l’auto, son état, les papiers, et l’annonce est en ligne dans la semaine. » Carjager compte un stock virtuel de 340 voitures partout en France mais aussi en Europe, de la Lancia Delta à la Ferrari 330 GT. 


De 30 000 à 2 millions d’euros

Whamdi.b n’oublie pas les side-screens et conclut son shooting par une vidéo, sorte de tour du propriétaire. Le client pourra bénéficier du « satisfait ou remboursé sur 100 kilomètres ou trois jours, de la garantie mécanique. 50% des ventes se font à distances. Les prix vont de 30 000 à deux millions d’euros, avec une moyenne de 82 000€, et des ventes en moyenne réalisées en deux mois, mais ça dépend vraiment du modèle. Récemment, une Amilcar de 1927 est partie en trois semaines… »

Selon Carjager, Pierre gagnera ainsi 15h de son temps, lui qui espère vendre son roadster à 100 000€. « J’ai conscience d’avoir affaire à des pros, mais il faut trouver des passionnés intéressés. » « Nous avons beaucoup de primo-accédants qui flippent beaucoup d’acheter une ancienne, donc on les accompagne dans toute la durée, et un transporteur finit par livrer le véhicule chez eux… » 

Un gage de confiance qui saura rassurer des vendeurs et des clients, qui peuvent aussi se rencontrer et nouer du lien entre passionnés avant de récupérer l’auto dont ils ont toujours rêvé.



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus