News & Reviews

Citroën Ami, Ligier Myli, Renault Twizy… rendez-vous au contrôle technique !

32



La nouvelle réglementation, rendant le contrôle technique obligatoire pour les deux roues, s’étend également aux quadricycles à moteur. Résultat, les Citroën AMI et autres sans permis sont attendus à l’examen, selon la date d’immatriculation.

L’annonce résonne encore : le contrôle technique deviendra obligatoire pour les véhicules de catégorie L, et cela dès 2024. Les premiers usagers à tirer la grimace sont les motards, et pour cause, plus de quatre millions de deux-roues seraient concernés par cette réforme.

Mais en se penchant de plus près sur l’arrêté publié, la liste des véhicules attendus au contrôle technique s’allonge. Désolé les (rares) propriétaires de Reliant Robin, puisque les trois-roues sont concernés. 

Mais bien plus démocratisées, les catégories L6e et L7e figurent à l’appel. En somme, les véhicules dont la vitesse ne dépasse pas 45 km/h, la cylindrée est limitée à 500 cm3 et le poids est inférieur à 600 kg. Le tableau est assez simple, on parle ici principalement des voitures sans permis. 

Prévoyez 50 €… tous les 3 ans

Propriétaires de Citroën AMI, Ligier Myli, Renault Twizy, Mobilize Duo, Microlino, Aixam City ou autres voiturettes… vous allez donc devoir vous plier aux mêmes règlementations que les motards.

Le calendrier est le suivant :

  • le premier contrôle des véhicules immatriculés avant le 1er janvier 2017 est à réaliser au plus tard le 31 décembre 2024
  • le premier contrôle des véhicules immatriculés entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2019 est réalisé en 2025
  • le premier contrôle des véhicules immatriculés entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2021 est réalisé en 2026

Puis, pour les modèles immatriculés après le 1er janvier 2022, le premier CT est à réaliser dans les six mois précédant l’expiration d’un délai de cinq ans, à compter de la date de leur première mise en circulation. Ensuite, ça sera tous les trois ans !

Selon Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports, cet examen devrait coûter « une cinquantaine d’euros » aux conducteurs.
 



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus