News & Reviews

cette Aston Martin DB6 est électrique et vegan

28


Un spécialiste de la restauration et du retrofit électrique s’est penché sur l’Aston Martin DB6. La légende britannique se dote d’un moteur électrique et d’un intérieur fait à base de pommes.

Le spécialiste de l’électromodulation Lunaz a lancé un nouveau classique électrique. Ce restomod se base sur l’Aston Martin DB6. Cette dernière est moins connue que sa devancière, la DB5, que James Bond a rendu célèbre.

L’entreprise avait déjà électrifié le modèle britannique, mais le concept évolue. En effet, cette nouvelle DB6 embarque aussi des matériaux intérieurs écologiques et recyclés. Lunaz n’a eu qu’une seule direction pour cette réalisation : le développement durable.

Le moteur original, un six cylindres en ligne de 4,0 litres et 282 chevaux, a évidemment disparu. Pour le remplacer, Lunaz a installé sous l’imposant capot un groupe motopropulseur électrique de sa création.

Selon la société, la DB6 électrique développe ainsi une puissance de 375 chevaux. Plusieurs tailles de batteries sont au catalogue, allant de 80 à 120 kWh. Cela permet à la légendaire britannique d’afficher une autonomie dépassant les 400 kilomètres.


À lire aussi
Projet Voltavia – On conduit notre Skoda Octavia électrique pour la première fois !

Le recyclage et les matériaux durables en priorité

Mais les principales innovations de cette nouvelle restauration se trouvent à l’intérieur de la voiture. L’élégant habitacle arbore désormais des textiles que Lunaz a voulu luxueux et surtout durables.

Lunaz a habillé certaines parties, dont la plage arrière et les espaces autour de la banquette arrière, du cuir le plus pauvre en carbone au monde. Les émissions dues au processus de fabrication de cette matière sont jusqu’à 50 % inférieures à la norme industrielle.

Des fibres recyclées sont utilisées pour la partie supérieure des sièges. Le tissu est un mélange de coton recyclé (66 %), de polyester (27 %), de rayonne (6 %) et de nylon (11 %). Ce matériau durable a été utilisé dans les zones les plus exposées à l’usure. La présence de la rayonne, aussi appelée soie de cactus, permet des coûts limités.

La partie inférieure des sièges reçoit un autre mélange de tissus recyclés. Celui-ci se compose principalement de polyester recyclé (54 %). Lunaz a également utilisé de la laine (35 %) et du nylon (11 %). Cela permet de créer un aspect et un toucher haut de gamme avec un motif à chevrons sportif.

Mais le luxe ne sacrifie pas l’aspect durable, contrairement aux intérieurs en cuir. Certaines autres parties de la voiture, comme des détails dans les portières, des finitions des sièges et les garnitures de toit, se constituent d’un cuir produit à partir de marc de pomme.

Il s’agit d’un sous-produit de la fabrication du cidre et de jus de fruits. Lunaz l’a associé à un polyuréthane à base d’eau. Lunaz se félicite d’une surface douce dont l’aspect et le toucher ressemblent à ceux du cuir. Mais cette matière végétale est bien moins polluante à produire.


À lire aussi
Aston Martin s’allie à Lucid pour ses futures sportives électriques

Des modifications de matériaux pour la moderniser

Pour moderniser le tout, et continuer dans la quête de durabilité, les incrustations en bois ont fait place à un matériau composite biodégradable que Lunaz a fabriqué à partir de coquilles d’œufs et de noix. La combinaison de ce duo intéressant avec un liant organique crée un effet marbré haut de gamme. Enfin, le placage est 100 % compostable et naturel.

Le reste de l’intérieur est en tissu que Lunaz fabrique à partir de matériaux d’origine végétale. Ces matières offrent une texture organique avec un effet semi-lustré.

Une finition multicouche a permis au restaurateur de réduire la quantité de matières premières. En faisant cela, il n’a toutefois pas eu à sacrifier la sensation de luxe ou la durabilité. Les tapis sont faits notamment de nylon régénéré provenant de tapis, de bouteilles en plastique et de filets de pêche mis au rebut.

Le véhicule reste pour l’instant un concept, que Lunaz a fabriqué à un seul exemplaire. Mais il est très probable que Lunaz propose prochainement ces matériaux durables de série. Cependant, il restera à savoir combien la firme produira de DB6. En effet, la version originale a compté moins de 2000 exemplaires entre 1965 et 1970.



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus