News & Reviews

ces « compteurs » que l’on veut voir en production

75


Le concept ID.2all incarne un revirement soudain chez Volkswagen qui semble changer radicalement de direction en puisant désormais dans son histoire pour en saupoudrer ses futures voitures électriques.

La Volkswagen ID.2all est une promesse automobile pour 2025 à laquelle nous avons très envie de croire pour de multiples raisons. Pour commencer, Zeus merci, ce n’est pas une énorme SUV et cette idée suffit déjà à nous mettre les larmes aux yeux et des trémolos dans la voix : il s’agit en effet d’une électrique à la garde au sol raisonnable et avec l’empreinte d’une Polo, soit 4,05 m de longueur, ce dont nous manquons cruellement actuellement. Ensuite, c’est une voiture du peuple non seulement par la traduction littérale de son blason, mais aussi, une fois n’est pas coutume ces dernières décennies, par son tarif de départ annoncé : 25 000 € sans aides à l’achat, soit le même premier niveau que la fourmi thermique sus-citée une fois ces dernières déduites. Enfin, d’un point de vue technique, elle va inaugurer la plateforme MEB Entry offrant sur le papier margarine et argent de la margarine : 226 ch laissant entrevoir une très possible version GTI, GTX ou GTE, jusqu’à 450 km d’autonomie, une recharge possible de 10 à 80 % en une vingtaine de minutes et 440 litres de volume de coffre.

Bref, la polyvalence dans l’esprit de la Volkswagen Golf originelle, mais sans émission à la conduite. Et ce ne sera pas le seul clin d’œil à la pionnière puisque l’instrumentation numérique offrira, elle aussi, un fantastique voyage dans le temps qui ravira les nostalgiques comme votre serviteur qui ont survécu, malgré la combinaison fatale qu’étaient une mécanique enthousiaste, des freins symboliques et la résistance d’un œuf cru aux chocs même les plus légers, le tout associé à la conviction aveugle d’être le Tommi Mäkinen ligérien, à la possession d’une Mk1 GTI 1800 en jeune conducteur.

En effet, dans l’esprit des skins Winamp, comme le montre Daniel Golson de CNET Cars sur Twitter, il sera possible d’afficher devant le volant une réinterprétation de la glorieuse paire de compteurs carrés séparés par une série de diodes et l’affichage de l’heure à cristaux liquides. Évidemment, des changements subtils s’opèrent pour s’adapter à la traction électrique, comme le compteur-tours à la zone rouge inversée pour devenir la jauge d’électrons ou l’économètre troquant sa place contre l’indicateur de rapport enclenché.

Vous pouvez même choisir d’assortir le système multimédia qui vous présentera alors sa plus belle K7 avec des boutons en relief vous rappelant assurément votre premier Walkman afin de vous jouer, si vous le souhaitez, une compilation que ne renierait pas Marc Toesca via Spotify, pour qu’ils vous entraînent jusqu’au bout de la nuit. Qui ça ? Qui ça ? Les démons de minuit bien sûr.

Enfin, si vous aimez plutôt votre Volkswagen refroidie par air plutôt que par eau, la marque de Wolfsburg ne vous oublie pas non plus avec cette présentation épurée façon Coccinelle avec son gros compteur central sur fond de tôle ajourée. Il ne manquerait plus qu’un mythique Digifiz façon K2000 de Golf de seconde génération et la boucle serait bouclée.

Pourquoi personne n’y a pensé avant ? C’est un véritable mystère, mais c’est un délicieux appel de phares au passé à première vue peu coûteux que l’on aimerait voir être implémenté dans les quelques électriques néo-rétro qui nous attendent. Renault R5 électrique, arrête de siffloter en regardant ailleurs, on parle précisément de toi, la Turbo 1 étant la source d’inspiration toute trouvée.


À lire aussi
Volkswagen ID.2 contre Renault 5 électrique : le match est lancé !





Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus