News & Reviews

ce que l’on sait déjà sur le petit SUV électrique

508


La 4L va faire son retour chez Renault, en électrique ! Design, autonomie, prix : découvrez les premières infos sur ce modèle qui sera sur les routes en 2025.

C’est avec les vieilles voitures que l’on fait les meilleures électriques ? C’est visiblement ce que pense Luca De Meo. Le directeur général de Renault a en effet décidé de relancer deux anciennes gloires du Losange : la 4L et la R5. Les deux modèles vont revivre en 100 % électrique. La 5 sera la première à revenir dans les concessions, début 2024. La 4 arrivera un an plus tard. Mais on sait déjà beaucoup de choses sur elle. Automobile-Propre fait le point !

Quel positionnement dans la gamme ?

C’est la première surprise, qui risque de dérouter quelques clients. La 4 sera plus grande que la 5 ! La 4 sera en fait la déclinaison SUV de la 5, comme l’est le Captur pour la Clio. La nouvelle 4L va donc avoir l’air d’un baroudeur urbain. Pour justifier cette transformation, Renault rappelle le côté polyvalent de la première 4L, qui était aussi à l’aise sur le bitume de la ville que dans les chemins de la campagne. La voiture est aussi associée à un rallye-raid réservé aux jeunes, le 4L Trophy ! Le modèle de série devrait avoir une longueur d’environ 4,10 mètres, alors que la future 5 sera un peu en dessous des 4 mètres.

Quel look ?

Il est en bonne partie déjà connu grâce au concept 4ever Trophy, dévoilé au Mondial de l’Automobile en octobre 2022. Gilles Vidal nous avait expliqué à l’époque que la version de série sera proche du prototype. En gros, on peut garder tout ce qui est la partie supérieure, celle peinte en gris clair, la partie inférieure étant exagérée pour le côté concept.

Gilles Vidal avait reconnu que réinterpréter le look de la 4L n’était pas aussi simple que celui de la R5, parce que la 4L n’était tout simplement pas réputée pour son design ! D’où peut-être une filiation moins évidente entre le véhicule historique et le véhicule moderne.

Mais on retrouve bien la silhouette générale, avec le capot plat et l’arrière dit « en angle », la troisième vitre latérale en trapèze, les ailes avant qui s’enroulent autour de la roue. La face avant revisite la calandre horizontale qui englobe des phares arrondis. Ces derniers vont bien sûr passer aux LED. L’arrière réinterprète les feux en gélule.

A bord, c’est encore le grand mystère ! Rien n’a été montré avec le concept. C’était déjà le cas avec la R5. Les deux modèles de série devraient mettre en commun pas mal d’éléments. On attend pour la 4 un sens de l’aspect pratique plus développé.


À lire aussi
Présentation vidéo – Renault 4ever Trophy : la nouvelle 4L sera un SUV électrique

Quel moteur et autonomie ?

Comme dit plus haut, la 4 sera la déclinaison SUV de la 5. Donc les deux modèles auront la même base, à savoir la CMF-BEV. Il s’agit de la plate-forme de la Clio adaptée à la motorisation électrique. Pour ces modèles, Renault développe un nouveau moteur électrique de 100 kW, soit 136 ch. Une déclinaison moins puissante est en préparation.

Les deux moteurs auraient chacun une taille de batterie. Le concept 4ever Trophy avait une batterie de 42 kWh. En série, cela pourrait être davantage. L’objectif de Renault est d’avoir sur les versions hautes une autonomie de 400 km.

Quels prix ?

Là aussi, des clients risquent d’être déroutés. Certains pensent peut-être que la 4L électrique sera une entrée de gamme, comme était la 4L en son temps. Ce qui ne sera donc pas le cas, puisqu’elle sera plus grande que la R5 (et le rôle d’électrique low-cost est dévolu dans le groupe à la Dacia Spring).

Avec les 4 et 5 modernes, Renault compte quand même rendre la voiture électrique plus accessible, alors qu’une Zoé commence encore à 35.100 € sans le bonus. Toutefois, la tâche s’est compliquée ces temps avec l’envolée des prix des matériaux, de l’énergie et du transport. La 5 était promise au départ avec un prix de base de 20.000 € sans le bonus. Ce devrait finalement être plutôt 25.000 €. La 4 devrait donc être un peu plus chère, entre proche des 30.000 €.

Quelle concurrence ?

La 4L devrait garder un gabarit raisonnable, autour de 4,10 mètres. Elle s’éloigne donc de modèles comme les Peugeot e-2008, Hyundai Kona. Mais un véhicule semble particulièrement dans le viseur : le Jeep Avenger. C’est aussi un petit gabarit, avec des caractéristiques proches (moteur de 156 ch, autonomie de 400 km). Il commence à 36.500 €. De son côté, Fiat doit lancer un SUV urbain électrique dérivé de l’Avenger, qui sera logiquement moins cher. Par ailleurs, Citroën va lancer en 2024 une version électrique du nouveau C3 Aircross. Si le véhicule doit grandir, son prix pourrait être agressif et donc proche de celui de la 4L.

Quelle date de commercialisation ?

La 4L du 21 e siècle sera lancée en 2025. On peut espérer une présentation vers la fin 2024, à l’occasion du Mondial de l’Automobile. La voiture sera made in France, elle sortira des chaînes de Maubeuge, où Renault assemble le Kangoo.

Et le dérivé utilitaire ?

Ce n’est pas une 4L qui va être de retour, mais deux ! Renault a en effet confirmé le lancement d’une nouvelle version utilitaire, qui pourrait se nommer 4L Fourgonette. Un teaser a montré que le modèle aurait comme par le passé une silhouette bossue ! Son rôle sera de jouer l’utilitaire électrique d’accès chez Renault, en dessous du Kangoo, mais aussi de miser sur le côté plus fun.


À lire aussi
Nouvelle Renault 5 : découverte de la voiture électrique 2.0



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus