News & Reviews

Aston Martin célèbre les 60 ans de sa mythique DB5

37


Aston Martin rend hommage à la légendaire DB5 qui fête ses 60 ans. L’occasion pour la marque de Gaydon d’afficher de très beaux clichés et d’évoquer la filiation avec son héritière actuelle, la DB12.

Septembre 2023 marque le 60ème anniversaire de la sortie de l’Aston Martin DB5. Présentée au Salon de Francfort en 1963, ce splendide coupé GT 4 places est devenu avec le temps une icône de la culture cinématographique, du design automobile et de l’innovation britannique. Six décennies plus tard, la DB5 continue d’être l’une des voitures les plus emblématiques et les plus reconnaissables au monde.


L’Aston Martin DB5 prend la pose avec l’Aston Martin DB12.

DB5 – DB12 : Le respect des aînés

Celle par qui l’exposition de la marque au monde entier a commencé s’est prêté au jeu de l’objectif dans une livrée bleu ciel immaculée, aux côtés d’une Aston Martin DB12 « Silver Birch » en hommage à son illustre aïeule. C’est l’occasion d’observer l’évolution du style de la firme de Gaydon sur les soixante dernières années avec le PDG d’Aston Martin, Lawrence Stroll, lui-même propriétaire d’une DB5 : « L’ère David Brown nous a donné tant de grandes Aston Martin, mais aucune n’est plus reconnaissable, vénérée et désirée que la DB5, qui a posé les bases de notre identité en tant que marque de luxe britannique synonyme de style, de performance et d’exclusivité. »


Le 6 cylindres en ligne 4.0 de l’Aston Martin DB5 développe ici 286 ch.

Les initiales les plus belles de l’automobile britannique

Produite entre 1963 et 1965 en remplacement de l’Aston Martin DB4, la DB5 fut carrossée par Touring dans son procédé « Superleggera » (panneaux de carrosserie réalisés en aluminium et façonnés à la main, fixation sur un châssis tubulaire) et parée d’une robe « Silver Birch » métallique. Elle fut fabriquée sous trois carrosseries : coupé, break de chasse et cabriolet.

Sous le capot, le coupé britannique fut doté d’un six cylindres en ligne 4.0 développant 286 ch et associé à une boite manuelle à 5 rapports. Le bloc est une mise à jour du précédent 3.7, présent dans la DB4. Ainsi mue, la DB5 pouvait atteindre les 100 km/h en 7,5 s et 241 km/h en vitesse de pointe, dans un confort d’excellente facture et un son magnifique. Si vous êtes plus adepte du coude-portière plus que du talon-pointe, une boîte automatique « Borg-Warner » à trois vitesses était également disponible.

Au total, seulement 887 coupés, 123 cabriolets et 12 breaks de chasse sur-mesure sont sortis de l’usine de Newport Pagnell. Un niveau de fabrication déjà très haut-de-gamme pour la marque britannique qui va intégrer le Panthéon des voitures de cinéma grâce à 007.


James Bond (Sean Connery), posant à côté de son Aston Martin DB5 de 1964.

James Bond (Sean Connery), posant à côté de son Aston Martin DB5 de 1964.

« Mon nom est Bond … James Bond. »

Impossible d’évoquer l’Aston Martin DB5 sans évoquer sa carrière cinématographique. Apparue pour la première fois dans le film « Goldfinger » en 1964, la DB5 est la première voiture du plus célèbre agent secret du monde du cinéma : James Bond. L’histoire d’amour entre 007 et la DB5 va durer plus de 50 ans, étalée sur 8 films : Opération Tonnerre (1965), GoldenEye (1995), Demain ne meurt jamais (1997), Casino Royale (2006), Skyfall (2012), Spectre (2015), et Mourir peut attendre (2020). La DB5 dissimulait notamment des gadgets et des armes pour permettre à Bond de s’échapper ou de neutraliser ses ennemis : double mitrailleuse derrière les clignotants, éperons au centre des roues, vitres et bouclier pare-balles, écrans de fumée, jets d’huile, etc.

Le succès des films a conduit les célébrités de l’époque à s’en procurer un exemplaire, de Sir Paul McCartney à Mick Jagger, en passant par George Harrison, Jay Kay, Robert Plant, ou encore Ralph Lauren. La DB5 est une véritable icone des années 60 qui se monnaie très cher aujourd’hui : comptez au minimum 700 000 € pour s’offrir une Aston Martin DB5 en bon état, en sachant que les plus beaux exemplaires, à l’historique le plus limpide, peuvent largement s’échanger contre plus d’1 000 000 €, voire beaucoup plus.



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus