News & Reviews

Alfa Romeo confirme la survie de son moteur V6

29


L’industrie automobile européenne se trouve à un carrefour crucial de son histoire. Alors que l’Union européenne prépare l’introduction de sa norme Euro 7 en juillet 2025, de nombreux constructeurs automobiles sont confrontés à des décisions difficiles concernant l’avenir de leurs modèles et de leurs moteurs. Parmi ces constructeurs, Alfa Romeo se démarque en annonçant dans les colonnes d’Autocar sa décision de continuer à utiliser son moteur V6 essence de 2.9 litres au-delà de la mise en œuvre des nouvelles normes.

Le PDG d’Alfa Romeo, Jean-Philippe Imparato, a en effet confirmé au média britannique que la société italienne avait l’intention de persévérer avec son moteur V6 biturbo, bien que les détails sur les futurs modèles qui abriteront restent encore un mystère. 

Alfa Romeo n’est pas le seul constructeur automobile à faire face à ce dilemme. Alors que la nouvelle norme Euro 7 se rapproche, d’autres marques telles que Volkswagen et Ford ont été contraintes de retirer certains de leurs modèles en raison des coûts prohibitifs associés à la mise en conformité. Volkswagen a fortement suggéré l’abandon de la Polo et a cessé de proposer la Golf avec une boîte de vitesses manuelle. Pendant ce temps, Ford a pris la décision radicale d’arrêter la production de la Fiesta.

Certains leaders de l’industrie, dont Carlos Tavares de Stellantis et Luca de Meo de Renault, ont exprimé leurs préoccupations quant à l’impact de cette norme sur le coût des petites voitures et sur la transition vers les véhicules entièrement électriques. 

Rappelons que quelques jours en arrière, l’Union européenne a rejeté une proposition visant à durcir les normes d’émissions pour les voitures particulières dans le cadre de la norme Euro 7. Les États membres, dont la France et l’Italie, ont voté en faveur de régulations moins strictes pour préserver la compétitivité de l’industrie automobile, qui emploie 14 millions de personnes dans l’UE. 

Cette décision maintient les normes existantes de la norme Euro 6e pour les voitures particulières et les utilitaires légers, tandis que les bus, les cars et les poids lourds devront respecter des seuils d’émissions plus stricts. Le Parlement européen doit encore négocier cette réglementation, illustrant les défis entre les objectifs environnementaux et économiques dans la transition vers la mobilité électrique. 



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus