News & Reviews

A cause de cette nouvelle taxe, les prix des péages risquent d’augmenter

27


Le gouvernement français a récemment annoncé son intention d’introduire une nouvelle taxe en 2024, visant à cibler les grands aéroports et les autoroutes. Cependant, cette annonce a suscité des inquiétudes quant à son impact sur les tarifs des péages, notamment de la part de Vinci Autoroutes, l’un des principaux acteurs du secteur autoroutier en France.

La nouvelle taxe, baptisée « impôt sur les infrastructures de transport de longues distances », a pour objectif de générer des revenus annuels de l’ordre de 600 millions d’euros à partir de 2024. Elle intervient dans un contexte où la France cherche à accélérer sa transition vers des modes de transport plus durables, réduisant ainsi son empreinte carbone. L’intention de taxer les grands aéroports et les autoroutes s’inscrit dans cette vision globale de la politique environnementale du pays.

Cependant, les répercussions de cette nouvelle taxe sur les tarifs des péages autoroutiers ont été au cœur d’un débat animé entre le gouvernement et les sociétés concessionnaires d’autoroutes, en particulier Vinci Autoroutes. Le président de Vinci Autoroutes, Pierre Coppey, a averti que l’augmentation des taxes entraînerait inévitablement une hausse des tarifs des péages, ce qui aurait un impact direct sur les automobilistes.

La controverse découle en grande partie de l’article 32 du contrat qui lie l’État aux sociétés d’autoroutes, stipulant que ces dernières ont droit à des « mesures de compensation tarifaires » en cas de création d’impôt ou de redevance spécifique. Cela signifie que les sociétés concessionnaires d’autoroutes peuvent répercuter les coûts de la nouvelle taxe sur les usagers, sous réserve des conditions du contrat.

Bruno Le Maire, le ministre de l’Économie, s’est opposé à cette notion, affirmant que la nouvelle taxe cible principalement les infrastructures de transport en général, et non spécifiquement les autoroutes. Il a souligné que les automobilistes ne devraient pas être contraints de supporter des coûts supplémentaires en raison de cette taxe. « Les péages n’augmenteront pas au-delà de ce qui est prévu par l’inflation, tout simplement parce que les tarifs des péages, c’est nous qui les fixons, donc les compagnies d’autoroute ne seront pas autorisées à répercuter les augmentations de taxe sur les prix des péages », a déclaré Bruno Le Maire.

La question de savoir si cette nouvelle taxe entraînera réellement une augmentation des tarifs des péages demeure en suspens. Le ministère de l’Économie a insisté sur le fait que la fixation des tarifs des autoroutes relève de la prérogative de l’État, et que la nouvelle taxe ne devrait pas nécessairement se traduire par des coûts supplémentaires pour les usagers.

Il est également important de noter que les tarifs des autoroutes en France sont liés à l’inflation. Après des augmentations de 2% en 2022 et 5% en 2023, il est prévu que les prix continuent d’augmenter en février prochain, indépendamment de l’issue de la discussion sur la taxe.



Lien vers la source

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus